birding beaumonts

Subtitle

Rapport annuel 2020

126 espèces ont été identifiées en 2020, un excellent score et 16 de plus de l’année précédente.


Pas moins de cinq nouvelles espèces ont été notées pour la liste du parc : la Barge rousse, le Busard pâle, le Chevalier sylvain, le Grèbe castagneux et la Marouette ponctuée.


En dehors de ces « premières », plusieurs espèces peu communes ont été notées également, telles le Blongios nain, la Cigogne noire, la Grue cendrée, le Courlis cendré, le Torcol, le Pouillot siffleur et le Bruant ortolan. A la fin de l’automne, deux espèces qui n'avaient pas été vues sur place depuis de nombreuses années, le Martin- pêcheur et le Héron cendré, ont réapparu.


vue panoramique sur Paris au sud-ouest - La tour Eiffel est à peine visible, à gauche du centre

Cependant, un petit nombre d’espèces « habituelles » ont brillé par leur absence, telles la Mésange nonette, la Mésange noire et la Fauvette babillarde. Le Pic épeichette, notamment, pour la seconde année consécutive, n’a été observé qu’une seule fois. Il est peut-être pertinent de noter que le déclin de cette espèce est en corrélation avec la colonisation récente par la Perruche à collier.


Ce fut une bonne année pour l’observation des grands rapaces en migration : en tout, 463 heures de « skywatching » ont été effectuées à partir de la cascade (deux fois plus que l’an dernier) avec un total de 233 individus notés (+ 187%).


Les enregistrements nocturnes, effectués pour la deuxième année consécutive, ont permis de mettre en lumière la présence de plusieurs espèces qui serait autrement passée inaperçue – ils ont assurément joué un rôle dans l'obtention d'une liste annuelle aussi importante.


Bien sûr, l’année 2020 étant l’année du virus Covid 19, il s'est avéré que cela a permis un suivi ornithologique du site plus fréquent que les années précédentes. Cependant, (contrairement à l'opinion générale des riverains), les périodes de confinement imposé n'ont pas eu un rôle bénéfice évident pour l'avifaune. Bien au contraire, le parc n’a jamais été autant fréquenté que durant les périodes de confinement ! Par conséquent, cela a exercé une pression supplémentaire sur les zones protégées du parc comme la friche centrale et la Mare Perchée. Il a été décevant de voir autant de familles ignorer les barrières et les panneaux d’information autour de ces secteurs, incitant leurs enfants à collecter des têtards dans la mare, et laissant les chiens errer librement - telle est la nature humaine…


Enclose par une palissade électrique, la friche centrale a en outre vu l’introduction de vaches et de chèvres durant plusieurs mois (jusqu'au début novembre) avec l’objectif de contrôler la croissance de la végétation.


La friche centrale en septembre : la chèvre, affectueusement appelée "Gros Bêta", est le véritable chef du groupe des neuf...

Pour la troisième année consécutive il est pertinent de signaler la bonne gestion du parc de la part d’« Est Ensemble ». En effet l’année a été marquée par plusieurs mesures positives prises pour apporter des changements structurels au paysage du parc, en parallèle avec une communication claire des objectifs : début août des panneaux d'information ont été placés dans des zones stratégiques, suivis en octobre par d'importants travaux de terrassement autour de la Mare Perchée, avec le creusement d’une deuxième mare à proximité. Début novembre, plusieurs arbres malades ont dû être abattus pour raisons sanitaires.


Les travaux de construction à la Mare Perchée fin octobre ont créé un second bassin.
Des panneaux d'information ont été installés au début du mois d'août.



Observateurs au Parc des Beaumonts in 2020 :

 

Suzanne Cox (SC)

Emmanuel Du Cherimont (ED)

Antoine Dusart (AD)

Yoann, Lilian et Baptiste Galle (YG)

Isabelle Giraud (IG)

Remi Jugieux (RJ)

Alexis Lamek

Maité Lanc (ML)

Olivier Laporte (OL)

Alban Larousse (AL)

Gael Martin

Isabelle Merle

Guillaume Normand(GN)

Philippe Pirard (PP)

Thomas Puaud 

Philip Redman

David Rosane (DR)

Pierre Rousset (PR)

David Thorns (DT)

Anne Lisbeth Tollanes (LT) 

 

 


Sauf mention contraire, toute observation référencée est effectuée par DT seul.


 


LISTE SYSTÉMATIQUE 

 

C = captivité - issu de captivité ou d’élevage (individus échappés ou relâchés… lors des départs en vacances, notamment).


E = estivant - migrateur visible au printemps et en été, qu’il niche directement sur le site des Beaumonts (la majorité des cas) ou pas.


F = féral - ce terme désigne une espèce issue de captivité ou introduite, mais qui se reproduit en liberté et a formé une population capable de se maintenir sans nouvel apport artificiel. Il est ici utilisé dans un sens plus général. Il désigne une espèce « exotique » qui, parfois au moins, niche en liberté. Un individu donné peut donc provenir de captivité ou être né en liberté.

  

H = hivernant - migrateur visible en automne et en hiver.


M = migrateur - observé lors des migrations d’automne et de printemps ou bien lors de déplacements erratiques. Le nom des saisons prend ici un sens un peu différent de celui du langage courant. Suivant les espèces, la migration d’automne peut en effet commencer dès août (voire en juillet) et la migration de printemps (le retour des quartiers d’hiver) dès février.

                                      

S = sédentaire - présent toute l’année (la population nicheuse locale pouvant être renouvelée ou augmentée de migrateurs et hivernants).



 

 

 

Caille des Blés   Coturnix coturnix   M

 

Enregistrée en survol migratoire nocturne sept fois au printemps.

 

Avril le 23 (1) – mai les 17 (1) ,  20 (1) ,  25 (2) – juin les 2 (1) , 3 (1) , 13 (1).


 

 

Grèbe castagneux   Tachybaptus ruficollis  M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne trois fois au printemps.

 

Mars le 25 (1) – avril le 8 (1) – mai le 21 (1).

 

Il s’agit de la première mention pour le parc.





Grand cormoran   Phalacrocorax cargo   S M

 

Migration au printemps notée à sept reprises du 15 février au 29 avril, avec un pic de 46 le 16 avril. 

 

En automne observé en migration pour la première fois le 13 août. Observé ensuite à 28 reprises jusqu’au 8 novembre, avec un pic de 299 le 15 octobre [OL/IG/DR/DT].


Cliché: octobre le 14

 


L’espèce semble bien installée au Lac Daumesnil a proximité et des oiseaux apparemment locaux sont de plus en plus observés pendant et hors des périodes de migration.

 

 

 

Blongois nain   Ixobrychus minutus  M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne quatre fois (deux au printemps et deux en automne).

 

Juin les 2 (1) , 3 (1)

 

Août le 15 (1) – septembre le 6 (1)




Héron cendré   Ardea cinerea  S M

 

Une année assez optimiste pour le Héron cendré qui, après une longue absence, est revenu sur place pour pêcher dans la mare – il a été noté ainsi à quelques reprises pendant la première moitié du mois d'octobre. A cette période la mare devait être une proposition attrayante pour le héron, étant remplie de petits poissons et entourée d'un mur de roseaux offrant ombre et protection contre les perturbations habituelles.

 

Cliché: octobre le 5



Cependant, l'oiseau a néanmoins été régulièrement l'objet de harcèlement par les corneilles et les pies locales, et après la taille de la roselière opérée fin octobre par les autorités, son départ n’a pas été surprenant.


Cet événement exceptionnel mis à part, il y a eu, comme au cours des années précédents, relativement peu de données - les observations se rapportant généralement à des individus ou parfois de petits groupes en survol.


La migration a été constatée à cinq reprises au printemps : 1-2 notés du 14 mars au 19 mai. En automne, observé à onze reprises du 10 septembre au 17 octobre, avec un pic de 10 le 17 octobre [IG/DR/DT/LT].






Grande aigrette   Ardea alba   M

 

Observée à huit reprises (une fois au printemps et sept fois en automne).


Avril le 5 (3).


Septembre les 8 (1), 21 (1) - octobre les 9 (4), 12 (1), 15 (3) [IG/DT], 19 (2), 23 (1) [IG/DT].



Cliché: octobre le 23



L’oiseau du 23 octobre, en survol vers le sud-ouest, a été escorté par un groupe de Perruches à collier tout au long de l’observation - ce comportement des perruches a été noté dans le passé lorsque des Hérons cendrés survolaient le parc.


A. alba est maintenant observée avec quasi-certitude chaque année en survol migratoire, ce qui est cohérent avec l’expansion de l’espèce dans le nord-ouest de l’Europe.





 

Cigogne blanche   Ciconia ciconia  M


Observée en survol migratoire à sept reprises (une fois au printemps et six fois en automne).


Mai le 17 (1).


Août les 13 (9)  -  septembre les 1 (5) , 2 (27)  -  octobre les 14 (18) , 15 (9) [IG/DR/DT] , 22 (1).


On suppose que le groupe de 18 oiseaux qui a survolé à 14h50 le 14 octobre est le même que celui observé cinq heures auparavant à Lèches (77), à quelque 34 Km à l'est-nord-est du parc (à vol de cigogne). Plusieurs individus étaient bagués [Picard Gregory - https://www.faune-iledefrance.org/index.php?m_id=54&mid=122234 ]

 

 


 

Cigogne noire   Ciconia nigra  M

 

Observée en survol migratoire une fois au printemps.


Mai le 20 (1).


L’oiseau est passé haut dans le ciel vers l’est, tard dans l’après-midi.

 


 

 

Bernache du Canada   Branta canadensis  S


Survols. Notée à trois reprises.


Avril le 19 (1) – mai le 2 (2).


Novembre le 14 (2).





Canard colvert   Anas platyrhynchos  S M

 

Un couple observé régulièrement à la Mare Perchée de début mars à début mai. Pas de nidification cette année, bien qu'une tentative de reproduction ait été suspectée à la mi-mars. A cette période deux mâles vus parfois ensemble à la mare, sans la femelle.


Observations plus sporadiques de mai à la mi-juin, les oiseaux étant apparemment présents à la mare durant la nuit mais pas durant la journée.



Cliché: mai le 7


Un maximum de neuf oiseaux notés le 7 mai, lorsque la femelle a été observée en vol, poursuivie par huit mâles.


Quasiment absent pendant la deuxième partie de l’année avec – noté deux fois (en survol) durant octobre [IG/DT].


Bien que cette espèce ait réussi (miraculeusement) à nidifier avec succès deux fois ces dernières années, les dérangements habituels (proximité des humains, chiens sans laisse) rendent quasiment nulles les chances de succès de la nidification. 



 


Balbuzard pêcheur   Pandion haliaetus  M

 

Observé en survol migratoire à cinq reprises (une fois au printemps et quatre fois en automne).


Avril le 12 (1). 


Août les 31 (2) [PR/DT]  -  septembre les 5 (1) [IG/DR/LT/DT] , 17 (1), 26 (1) [IG/DT].


Cliché: septembre le 5

 




Milan noir   Milvus migrans  M

 

Noté à dix reprises (huit fois au printemps et deux fois en automne).

 

Avril les 21 (1) , 22 (3) , 23 (1) , 25 (1)  -  mai les 7 (1) , 17 (1) , 21 (1)  -  juin le 13 (1).


Août les 15 (5) [ED/ML/DT] , 31 (1).


L’observation d’un groupe de cinq oiseaux en migration, le 15 août, était exceptionnelle.


Cliché: avril le 21






Milan royal   Milvus milvus  M


Une excellente année - observé en survol migratoire à cinq reprises en automne.


Octobre les 15 (11) [IG/DR/DT] , 16 (4) , 17 (2) [IG/DR/LT/DT] , 22 (1) , 26 (2) [IG/DT].


Le passage de 11 oiseaux (y compris un groupe de six) le 15 octobre, était exceptionnel.


Cliché: octobre le 17





 


Busard des roseaux   Circus aeruginosus  M

 

Une bonne année. Observé en survol migratoire à 26 dates (10 au printemps et 16 en automne). Au moins 50 oiseaux sont concernés au total (deux fois plus que l'année dernière).


Mars le 28 (1)  -  avril les 2 (2) , 5 (2) , 12 (2) , 17 (1)  -  mai les 6 (1) , 8 (2) , 9 (1) , 19 (2)  -  juin le 8 (1).



Cliché: septembre le 17



Juin le 16 (1)  -  août le 31 (8) [PR/DT]  -  septembre les 1 (8) , 2 (2) , 5 (1) , 9 (1) , 10 (1) , 17 (1) , 19 (1) , 20 (2) , 28 (1) , 30 (1)  -  octobre les 3 (2) , 10 (2) , 15 (2)  -  novembre le 4 (1).





Busard Saint-Martin   Circus cyaneus  M


Observé à sept reprises (une fois au printemps et six fois en automne).


Avril le 18 (1).


Août le 24 (1) [PR/DT] -  octobre les 6 (1) , 8 (1) , 15 (1) [IG/DR/DT] , 23 (1) [IG/DR/PR/DT]  -  novembre le 7 (1).

 


Cliché: août le 24






Busard pâle   Circus macrourus  M


Une observation au printemps.


Avril le 17 (1).


Il s’agissait d’un mâle, volant rapidement et avec détermination vers le nord-est en début d'après-midi. Sans aucun doute l’oiseau de l’année, ceci constitue la première mention pour le département de Seine-Saint-Denis [Brisechant E., 2014. Les Oiseaux de Seine-Saint-Denis. CORIF.]







Buse variable   Buteo buteo  M


Au cours des années récentes la buse est devenue plus commune, grâce notamment à la présence d'un certain nombre d'oiseaux locaux dans les environs du bois de Vincennes tout proche. Ceci a compliqué le comptage – produire des chiffres précis est difficile. Les oiseaux de Vincennes (3-4 individus en général) sont particulièrement visibles de fin février à fin mai.




 

Cliché: octobre le 15


Migration évidente au printemps du 5 avril au 24 mai avec un maximum de 3 le 8 mai. En automne, migration évidente du 15 août au 23 octobre avec un pic exceptionnel de 15 oiseaux le 15 octobre [IG/DR/DT].


Un total de 62 migrateurs est estimé (12 au printemps et 50 en automne).  






Bondrée apivore   Pernis apivorus  M

 

Observée à 23 dates (six au printemps et 17 en automne). 53 oiseaux sont concernés. Un passage de 9 oiseaux le 1 septembre a été noté.


Mai les 12 (2) , 18 (1) , 19 (2)  -  juin les 8 (1) , 10 (1) , 13 (3).



Cliché: août le 15




Juin le 20 (1)  -  août les 12 (5) , 13 (1) , 15 (2) , 18 (1) , 20 (1) , 23 (4) , 24 (7) , 26 (1) , 27 (4) , 29 (2) , 31 (1)  -  septembre les 1 (9) , 2 (1) , 3 (1) , 5 (1) , 15 (1).

 




[Grands rapaces non identifiés]


De grands rapaces indéterminés ont été observés à huit reprises au printemps, et 11 fois en automne.





Epervier d'Europe   Accipiter nisus  S

 

Observé régulièrement (normalement 1-3 individus) pendant toute l’année. Nidification possible dans le Bois de Bordure - un couple présent et parades observées début avril. Cependant ceci n’a pas été confirmé - les cris des jeunes n’ont pas été entendus en été, contrairement à certaines années précédentes.


Au printemps et (surtout) en automne, des oiseaux « migrateurs » parfois notés en petit nombre. Migration évidente cette automne à 10 reprises, du 5 septembre au 23 octobre.

 

Cliché: avril le 21





 

Faucon crécerelle  Falco tinnunculus  S M

 

Niche aux alentours ; 1-3 individus (normalement un) observés presque quotidiennement. 

 

 

 

 

Faucon hobereau   Falco subbuteo E M

 

Observé plus fréquemment que l’année dernière. 1-4 oiseaux notés à 30 reprises du 25 avril au 9 octobre.

 

Les observations se rapportent, en général, aux oiseaux locaux.


Deux oiseaux, visiblement un couple, observés volant au-dessus du bois de Vincennes à quatre dates (mai le 20, juin le 11, août les 13 et 14).


Il est probable qu’un couple niche dans les environs : des individus s'envolant vers le sud en direction de Vincennes, transportant des proies dans leurs serres, notés à trois reprises (septembre les 7 et 12, octobre le 9). 





Faucon pèlerin   Falco peregrinus  S M

 

La présence régulière depuis quelques années de l’espèce à Paris et ses environs a rendu le Pèlerin moins rare. Les observations se rapportent, en général, à des individus circulant très haut dans le ciel au nord du parc.


Observé à neuf reprises.


Mars le 29 (1) – avril le 29 (1) – mai le 12 (1) – juin le 10 (1).


Juin le 16 (1) , 17 (1) -  août le 24 (1)  -  septembre le 5 (1)  -  octobre le 16 (1).

 






Faucon émerillon   Falco columbarius  M

 

Observé à cinq reprises en survol migratoire (une fois au printemps et quatre fois en automne).


Mai le 12 (1).


Octobre les 4 (1) [IG/DT] , 14 (1) , 26 (1) , 30 (1).

 

Cliché: octobre le 4

 

 

 

 

 

Gallinule poule-d’eau   Gallinula chloropus  S M

 

Cette année a été plus favorable que la précédente, avec un couple noté à plusieurs reprises. Nidification confirmée à la Mare du Bas. Quasiment absente pendant le second semestre.


Pas vue au parc au début de l'année, bien que des oiseaux aient été enregistrés pendant la nuit à quatre reprises, du 20 février au 4 mars.


Un couple noté régulièrement à la Mare Perchée de la mi-mars au fin mai ne s’est jamais réellement installé à cet endroit : début mai leur nid, construit parmi les roseaux, a été abandonné en raison d'une élévation du niveau de l'eau. C'est probablement cet événement, ainsi qu'un niveau de nuisances humaines très élevé pendant la période de confinement Covid, qui a poussé le couple à tenter de nicher en hauteur dans un arbre à proximité. Ce comportement a été constaté (pour la première fois au parc) le 27 mai.


Visiblement, cette tentative a également été abandonnée puisqu'un nid actif a été trouvé à la Mare du Bas, à quelque 200 m de là, le 18 juin. Cette petite mare a été suffisamment isolée pour enfin permettre une nidification réussie. Trois semaines plus tard le couple a été observé en compagnie de trois poussins [PR].


Il semblerait que les oiseaux aient brusquement déserté le parc après leur nidification car ils n'ont été vus qu'à deux reprises au cours de la seconde moitié de l'année (le 29 septembre et le 2 octobre).

 

 

 

 

 

Râle d’eau   Rallus aquaticus   M

 

Enregistré deux fois en survol nocturne au printemps.

 

Février le 21 (1) – mars le 4 (1).

 

 

 

 

 

Marouette ponctuée   Porzana porzana  M

 

Enregistrée une fois en migration nocturne au printemps.

 

Avril le 23 (1).

 

Il s’agit de la première mention pour le parc.

 

 

 

 

 

 

Foulque macroule   Fulica atra   M

 

Enregistrée en survol migratoire nocturne à 10 reprises au printemps.

 

Février les 22 (2) , 27 (2) – mars les 3 (3) , 17 (1) , 22 (1) , 31 (1) – avril les 5 (2) , 6 (1) – mai les 7 (1) , 21 (1).

 

Les cris du 5 avril sont accompagnés d'une Chouette hulotte !







Grue cendrée   Grus grus  M

 

Observée une fois en automne.


Novembre le 4 (3).

 











Petit Gravelot   Charadrius dubius  M


Enregistré en migration une fois en automne.


Octobre le 3 (2+) [IG/DT].


Une observation bienvenue mais un peu frustrante – les oiseaux ont survolé la Cascade en plein jour, vers 9h15, mais ils sont restés invisibles pour les observateurs présents.





Vanneau huppé   Vanellus vanellus  M H


Une année décevante – étrangement absent. Noté à trois reprises en automne.


Octobre les 11 (5) [IG/DT] , 15 (27) [IG/OL/DT]  -  novembre le 5 (1).






Pluvier Doré   Pluvalis aricaria  H M


Une très bonne année - observé en survol migratoire à 10 reprises (deux fois au printemps et huit fois en automne).


Enregistré également une fois au printemps en migration nocturne*.


Février les 15 (180) , 22 (31)  -  mars le 3 (1)*

 


Cliché: novembre le 21

 


Octobre les 3 (65)  -  novembre les 3 (31) , 7 (3) , 12 (5) , 14 (35) 20 (35) , 21 (107) , 28 (c40).



 


Barge rousse   Limosa lapponica  M

 

Observé une fois en automne.


Septembre le 22 (1). 


L’oiseau a été observé en survol vers le nord-ouest, tôt dans la matinée. C’est l’un des oiseaux phares de l’année, une première pour le parc et seulement la deuxième mention de l’espèce pour le département de Seine-Saint-Denis [Brisechant E.,2014. Les oiseaux de Seine-Saint-Denis, CORIF.]

 

 

 

 



Courlis cendré   Numenius arquata   M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne une fois en automne.

 

Août le 24 (1).




 


Courlis corlieu   Numenius phaeopus  M

 

Observé une fois au printemps.


Enregistré en survol migratoire nocturne à deux reprises en automne.


Avril le 11 (1).

 

Août le 27 (1) – septembre le 5 (1).

 

 

 



 

 

[Grand limicole indéterminé]


Deux enregistrements (un au printemps et un en automne) concernent peut-être le Courlis cendré, mais néanmoins restent mystérieux et non identifiés.

 

Avril le 8 (1).

 

Septembre le 14 (1).







Bécasse des bois   Scolopax rusticola  M H

 

Une observation en automne.


Novembre le 20 (1).













Bécassine des marais   Gallinago gallinago  M

 

Observée une fois en automne.


Novembre le 3 (1).

 

 

 

 

 

 






Chevalier sylvain   Tringa glareola   M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne une fois en automne.

 

Septembre le 5 (1).

 

Ceci constitue la première donnée pour le parc.







Chevalier cul-blanc   Tringa ochropus   M

 

Observé trois fois au printemps. Enregistré en survol migratoire nocturne à deux reprises en automne.


Mars le 14 (3) - avril les 14 (1) , 16 (1).

 

Août les 18 (1) , 27 (1).

 

 

Cliché: mars le 14 

 

 

 



Chevalier guignette   Actitis hypoleucos  M

 

Enregistré en survol nocturne à deux dates (une au printemps et une en automne).

 

Mai le 19 (1).

 

Août le 15 (3).

 

 

 


 

Chevalier gambette   Tringa totanus   M

 

Migrateur rare. Enregistré une fois en migration nocturne au printemps.

 

Mai le 6 (1).

 

 

 

 

Mouette rieuse   Chroicocephalus ridibundus   S M

 

Observée régulièrement en petits groupes (en général 1-10 oiseaux) survolant le parc en hiver, au début du printemps et automne. Peu commune et irrégulière entre mai et fin août. 





Mouette mélanocéphale   Larus melanocephalus   M


Migratrice peu commune. Observée à quatre reprises au printemps.


Avril les 5 (2) , 11 (1) , 12 (3) , 24 (2).


Avril est de loin le meilleur mois pour cette espèce aux Beaumonts.

 

 

Cliché: avril le 24






Goéland argenté   Larus argentatus  S M

 

Survols. Observé irrégulièrement en petites quantités (en général 1-2 oiseaux) en hiver, au printemps et en automne.

 

 

 

Goéland leucophée   Larus michahellis  H M

 

Probablement sous-évalué à cause de la difficulté présentée par l’identification de goélands en vol à distance. Plus évident au printemps, surtout mai.


Au printemps 1-3 notés à six reprises. Noté seulement deux fois en automne.


Janvier le 18 (1) [PR] - mars le 29 (1) - avril les 13 (3) , 28 (1) , 29 (1)  - mai le 6 (1).


Août le 17 (1) - octobre le 19 (1) [IG/DT].






Goéland brun    Larus fuscus  S M

 

Relativement commun – noté en petites quantités en hiver, au printemps et en automne.


Migration vers le sud-ouest (35 oiseaux, en grande majorité des adultes) évidente le 11 octobre [IG/DT].

 


Cliché: mars le 1 

 

 

 



 

[Goéland indéterminé]   Larus sp.


Des goélands d’espèce indéterminée en survol notés régulièrement en hiver, au printemps et en automne. 







Sterne pierregarin   Sterna hirundo   M

 

Migratrice plutôt rare. Une bonne année - observée quatre fois au printemps.


Avril les 20 (1) , 21 (1) , 29 (1) – mai le 5 (1).



Cliché: avril le 21




 

 

 

 


Pigeon biset   Columba livia  S


Résident commun, observé tous les jours.

 

 

 

 

Pigeon colombin   Columba oenas  S M

 

Nichant aux alentours, un résident relativement commun, noté en survol en petits nombres durant toute l’année (en générale vers l’est).





Pigeon ramier   Columba palumbus  S M


Résident commun, nichant sur le site – observé tous les jours.


Les effectifs sur place sont relativement faibles, mais augmentés par les déplacements d’individus ou de petits groupes survolant le parc en altitude et dans diverses directions. Les oiseaux survolent le parc généralement vers le nord-est pendant la matinée, et reviennent vers Paris en fin de journée.

 



Cliché: mai le 7


En automne, des groupes en migration active vers le sud notés à huit reprises du 11 octobre au 28 novembre, avec un pic de 1397 le 6 novembre.

 


 


 

Tourterelle turque   Streptopelia decaocto  S

 

Résidente relativement commune. 1-2 oiseaux observés régulièrement en vol ou parfois posés dans les arbres, à la mare Perchée ou à la déchetterie.


Nidification probable (code atlas 10) - un couple en train de construire un nid, sur le Sentier des Vergers, observé le 19 avril.

 

 

 

 

Tourterelle des bois   Streptopelia turtur  M

 

Migratrice peu commune. Observée à trois reprises en survol (deux fois au printemps et une fois en automne).


Avril le 26 (1) – mai le 4 (1).


Août le 27 (1).

 

 

 


Chouette hulotte   Strix aluco  S

Les enregistrements nocturnes effectués cette année confirment encore que la hulotte est relativement commune dans le parc. Entendue tout au long de l'année, à l'exception d'une période de deux mois allant de la mi-avril à la mi-juin.

 

 


 

Effraie des clochers   Tyto alba  S M

 

Enregistrée durant la nuit une fois au printemps.

 

Juin le 14 (1).




Martinet noir   Apus apus  E M  


Commun en été – observé tous les jours. Niche aux alentours.


Noté pour la première fois au printemps le 11 avril. Observé pour la dernière fois le 19 septembre. 


En général, moins d’oiseaux notés qu’au cours des années précédentes. Les populations locales semblaient être installées le 23 avril. Copulation notée parmi les couples survolant la mare Perchée, tôt dans la matinée, au début de mai.


Un bâtiment juste en face du parc, dans la cité Jean Moulin, a été une fois encore un site de nidification pour une petite colonie d’oiseaux. C’est là que, le 21 mai, un malheureux individu a réussi à se coincer à l'une des entrées du nid, parvenant finalement à se libérer après une de longs efforts. 

Copulation observée quotidiennement au début du mois de mai.
Un oiseau a réussi à se piéger sur un site de nidification fin mai.

Passage d’automne pas très évident – jusqu'à environ 30 oiseaux notés quotidiennement en août, jusqu’à 5 septembre. Des individus tardifs observés à des dates ultérieures, le 8 et le 19 septembre. 


 



[Perruche ondulée   Melopsittacus undulatus   C ]


Notée une fois.


Août le 24 (1).




 

[Calopsitte élégante Nymphicus hollandicus   C ]


Observée deux fois.


Août le 23 (2) – septembre le 20 (1).

 

 

 


Perruche à collier   Psittacula krameri  F

 

Relativement commune – leur nombre a augmenté fortement depuis quelques années. Nichent actuellement sur place dans le parc Mabille.


Les observations se rapportent habituellement à des individus ou à de petits groupes volants bruyamment au-dessus du parc ; il est supposé qu’une grande partie de ces oiseaux sont en route depuis/vers leurs sites de nidification/dortoirs du parc Montreau, bois de Vincennes et/ou Roissy.


Le 23 octobre, il a été intéressant d'observer un groupe soudé d'une quinzaine d'oiseaux en train "d’accompagner" une grande aigrette dans son lent vol vers l'ouest. Cette curieuse habitude d'"escorter" des espèces plus grandes et plus lentes a déjà été remarquée, notamment avec le Héron cendré.  





Martin-pêcheur d'Europe   Alcedo atthis  S M

 

Très rare au parc, cette année a vu le grand retour du martin-pêcheur, qui est apparu à la mare pour la première fois en 17 ans.


Un individu observé quatre fois à la fin d’automne.


Octobre le 25 , novembre les 4, 6, 21.

 

Cliché: novembre le 4

 

    




 

Pic vert   Picus viridis  S

 

Au moins un couple nichant dans le parc ou aux alentours– observé ou entendu régulièrement toute l’année, bien qu'un peu plus discret pendant une courte période à la fin du mois d'avril.




Pic épeiche   Dendrocopos major  S

 

Au moins un couple résidant et nichant au parc ou aux alentours – observé ou entendu régulièrement pendant toute l’année. Plutôt discret fin juillet.


Observé le 20 juin survolant régulièrement la cascade transportant de la nourriture pour les jeunes (Code Atlas 16). Très en vue mi-septembre lorsqu'il a été observé en train d'inspecter des cavités dans les arbres près du collège Jean Moulin.





Pic épeichette   Dendrocopos minor   S

 

Au cours des dernières années cette espèce est devenue rare au parc. Observée seulement une fois.

 

Décembre le 28 (1) [PR].


 

 

 

Pic mar   Dendrocopus medius  S

 

Rare aux Beaumonts – une observation en hiver.


Janvier le 18 (1) [PR].

 

 

 

Torcol fourmilier   Jynx torquilla  M

 

Migrateur peu commun.


Un individu farouche sur place pendant quelques jours en automne.


Août les 24 (1) , 27 (1).

 

 

 


Alouette des champs   Alauda arvensis  M

 

Survols. Migratrice assez commune au printemps et (surtout) en automne.


1-11 oiseaux notés au printemps à sept reprises du 15 février au 13 avril.


Observée à 23 dates en automne, du 7 octobre jusqu’au 20 novembre, avec un pic de 424 le 30 octobre.

 

Enregistrée en migration nocturne deux fois (le 15/2 et 12/10).







Alouette lulu   Lullula arborea  M


Survols. Alors qu’elle est beaucoup moins commune que l’espèce précédente, migratrice régulière.


Au printemps, enregistrée deux fois en survol nocturne :


Cliché: octobre le 31


 


Mars les 3 (2) , 4 (2).

 

En automne notée à 21 reprises du 3 octobre au 6 novembre, avec un pic de 84 le 11 octobre [IG/DT].

 

 

 

 

 

Hirondelle de rivage   Riparia riparia  E M


Survols. Migratrice régulière en petits nombres.


1-9 notées à huit reprises au printemps, du 12 avril au 25 mai.


1-2 observées à quatre reprises en automne du 2 septembre au 7 octobre.

 

 

 

 

 

Hirondelle rustique   Hirundo rustica  E M

 

Migratrice commune au printemps et en automne. Très peu observée en été. En nombres inférieurs par rapport aux années précédentes.


Au printemps, observée presque quotidiennement du 3 avril au 25 mai, avec un faible pic de 23 le 4 mai.


Migrateurs d’automne observés presque tous les jours du 13 août au 30 octobre ; pic de 161 le 10 septembre.   

 

 

 

 

 

Hirondelle de fenêtre   Delichon urbicum  E M

 

Migratrice en petit nombre, au printemps et à l’automne.


Observée pour la première fois le 5 avril. Migration notée ensuite à 16 dates jusqu’à 25 mai, avec un faible pic de 9 le 4 mai.


De façon intéressante, un oiseau tardif a été noté au printemps, en migration vers le nord, le 16 juin.


Observée à 16 reprises en automne, du 14 août au 26 octobre ; faible pic de 23 le 8 octobre.  





Pipit spioncelle   Anthus spinoletta  M


Cliché: octobre le 26                                                                                                                                                     Cliché: avril le 5

Migrateur peu commun – observé à deux reprises (une fois au printemps et une fois en automne).


Avril le 5 (1).


Octobre le 26 (1).


Les oiseaux ont été identifiés grâce aux clichés – cette espèce ne se pose pas au parc et doit être sous-évaluée.






Pipit farlouse   Anthus pratensis  M


Un migrateur commun au printemps et (surtout) en automne.


Migration au printemps notée régulièrement du 15 mars au 20 avril, avec un pic de 52 le 11 avril.


Absent en été. Première donnée d’automne le 15 septembre. Observé régulièrement ensuite jusqu’au 21 novembre avec un pic de 286 le 7 octobre.

 

 


Cliché: octobre le 31

 

 



Pipit des arbres   Anthus trivialis  M


Un migrateur relativement commun au printemps et en automne.


Observé pour la première fois au printemps le 5 avril. 1-3 individus notés ensuite à 11 reprises jusqu’au 10 mai.    

Absent en été. En automne 1-5 notés à 17 reprises du 25 août au 21 septembre.


Noté également en migration nocturne : une fois au printemps (le 23 avril) et neuf fois en automne (du 18 août au 14 septembre).

 

 

 

 

 

Bergeronnette grise   Motacilla alba  M

 

Migratrice relativement commune au printemps et à l’automne.


Au printemps, notée en survol à 16 reprises, du 15 février au 13 avril avec un faible pic de 20 le 21 mars.  


Absente en été. Observée à 21 reprises en automne du 21 septembre au 3 novembre, avec un pic de 106 le 10 octobre [ED/IG/DT].





Bergeronnette printanière   Motacilla flava  M


Migratrice relativement commune au printemps et (dans une moindre mesure) en automne.


Au printemps, notée à 17 reprises du 2 avril au 10 mai, avec un pic de 10 le 21 avril.


En automne observée à 13 reprises du 19 août au 7 octobre, avec un faible pic de 4 le 5 septembre [IG/DR/DT/LT].


 



Bergeronnette des ruisseaux   Motacilla cinerea  S M


Résidente et migratrice peu commune - ne niche pas au parc.


Une (parfois deux) notée sur place assez régulièrement, surtout durant la deuxième partie de l’année. L’espèce semble particulièrement attirée par la déchetterie où se trouvent souvent des flaques d’eau.



Cliché: novembre le 5



Bien qu'un grand nombre d'observations concernent des oiseaux volant vers et depuis la déchetterie et le centre-ville, tout au long de cette année l'espèce a été vue régulièrement se nourrissant sur les bords de la mare.








Troglodyte mignon   Troglodytes troglodytes  S


Résident commun – normalement 1-4 oiseaux observés tous les jours.

 



Cliché: avril le 6






 

Accenteur mouchet   Prunella modularis  S M

 

Résident et commun, nichant au parc - observé tous les jours. 





Rouge-gorge familier   Erithacus rubecula  S M

 

Résident assez commun, nichant sur place. 1-4 oiseaux notés presque tous les jours. Comme l’espèce précédente, plus discret durant la période de nidification.


Des juvéniles notés fin mai, mi-août et début septembre.  




Rossignol philomèle   Luscinia megarhynchos  E M


Une excellente année – nidification confirmée pour la deuxième fois au parc.


Chant entendu de la Compost tôt dans la matinée du 5 avril. Une deuxième observation quelques jours plus tard, le 11 avril, s'est avérée être la première d'une longue série, l'espèce étant entendue ou vue presque quotidiennement jusqu'à la fin du mois d'août.


Deux chanteurs sur place à la fin avril, un dans le secteur boisé sud-est (côte Danton) et un autre près de la mare Perchée ou l’espèce a pu être observée parfois sur les rochers de la cascade. C'est en effet à cet endroit que la présence d'un couple a pu être confirmée le 12 mai, lorsqu’un individu, vraisemblablement une femelle (n’émettant que des cris) a été visible, alors qu’un mâle chantait à proximité.


Nidification confirmée le 13 juin avec l'envol des jeunes.


Les oiseaux de ce qui était probablement la même couvée (plutôt que des migrants) ont été entendus et enregistrés régulièrement dans la zone de nidification à la mi-août. Vus pour la dernière fois le 31 août.





Rougequeue noir   Phoenicurus ochruros  M

 

Migrateur plutôt irrégulier et peu commun. Absent durant l’été, alors qu’il niche aux proches abords.


Noté pour la première fois le 18 mars – il s'agissait d'un seul fragment de chanson, enregistré pendant la nuit, de ce qui était vraisemblablement un migrant qui volait au-dessus le parc.


Ensuite observé au printemps à sept reprises en survol nord, parfois se posant sur place, du 21 mars au 28 avril.


Un oiseau en survol nord le 22 juin.


En automne 1-4 notés à neuf reprises du 7 septembre au 27 octobre.





Rougequeue à front blanc    Phoenicurus phoenicurus  M

 

Migrateur peu commun. Noté au printemps et (surtout) au début de l’automne.


Pas observé au printemps cette année.


En automne des individus notés à 13 reprises, du 17 août au 29 octobre.


Cliché: octobre le 29 [Olivier Laporte]




Comme cela a été le cas à deux reprises au cours des années précédentes, un oiseau tardif fin octobre était intéressant. L’oiseau du 29 octobre, vu malheureusement brièvement, étant très gris dessus, possédant un fort oculaire blanc et une plage alaire pâle évidente [OL/DT].








Traquet motteux   Oenanthe oenanthe  M


Migrateur rare – observé une fois en automne.


Août le 31 (2).


Les oiseaux se sont posés brièvement sur la pelouse nord.

 










Tarier des prés  Saxicola rubetra  M


Migrateur peu commun. Observé trois fois en automne.


Septembre les 10 (1) [PR/DT] , 14 (1) , 16 (1).

 


Cliché: septembre le 16









Tarier pâtre   Saxicola rubicola  M


Hélas devenu maintenant un migrateur plutôt rare. Une observation en automne.


Octobre le 2 (1).




 



Merle à plastron   Turdus torquatus  M

 

Migrateur régulier mais peu commun.


Noté à trois reprises au printemps.


Avril les 5 (7) , 6 (1) , 9 (1).

 

 

Cliché: avril le 5 





 




 

Merle noir   Turdus merula  S M


Résident commun, nichant au parc. Petits nombres (normalement 1-3 oiseaux) observés tous les jours.


A la fin d’automne noté en migration active à neuf reprises du 8 octobre au 8 novembre.

 

 

 

Cliché: avril le 15

 

 

 

 


Grive litorne   Turdus pilaris  H M

 

Migratrice peu commune à la fin de l’automne, au printemps et en hiver.


Deux observations en hiver au début de l’année - février le 6 (1) [PR], 15 (1).


Des individus notés en migration active au printemps à deux reprises, le 21 mars et 3 avril.


En automne observée à 11 reprises du 12 octobre au 21 novembre, avec un pic de 52 le 12 octobre [PR/DT].


Il était intéressant de noter des mouvements vers le nord (avec d’autres espèces) le 5 novembre, les oiseaux se posant parfois en route.

 

 

 

 

 

Grive musicienne   Turdus philomelos  S M

 

Résidente commune, bien que plutôt discrète, nichant au parc (au moins 3 couples estimés). En général, 1-3 oiseaux observés chaque jour. Leur nombre est augmenté au printemps et en automne par les migrateurs.


Migration évidente au printemps du 14 mars au 17 avril, avec un pic de 100 le 5 avril.

 

En automne, migration notée du 21 septembre au 13 novembre, avec un faible pic de 47 le 15 octobre [IG/DR/DT].

 

 

 

 

 

Grive mauvis   Turdus iliacus  H M

 

Migratrice et hivernante relativement commune au printemps et à la fin de l’automne. Irrégulière en hiver.


Présente sur place au début de l’année – de petits nombres (jusqu’à neuf oiseaux) notés irrégulièrement en janvier et février [PR/DT]. 


Migration évidente au printemps du 22 février au 7 avril – notée à sept reprises avec un pic de 64 le 3 avril.


Observée pour la première fois en automne le 28 septembre. Notée ensuite en petites quantités jusqu'au 22 novembre - pic de 124 en migration active le 12 octobre [PR/DT].

  

 

 

 

 

Grive draine   Turdus viscivorus  S M

 

Résidente relativement commune, 1-3 oiseaux observés régulièrement durant toute l’année. Chant évident au début de l’année, en janvier et février.


Notée une fois en migration active au printemps ; mars le 23 (1).


Migration en automne évidente du 26 septembre au 21 novembre - notée à 14 reprises avec un pic de 12 le 3 octobre [IG/DT].  





Rousserolle effarvatte   Acrocephalus scirpaceus  E M

 

Estivante et nicheuse irrégulière. Une meilleure année que la précédente, bien que l'espèce n’ait pas, une fois de plus, niché à la roselière.

Comme d’habitude discrète au printemps.


Chant très faible entendu, dans une variété de secteurs plutôt secs, du 18 avril au 9 mai. Deux individus présents le 5 et 9 mai.   

 


Cliché: octobre le 7



En automne des migratrices notées à quatre reprises du 13 août au 2 septembre. Un individu tardif était présent à la mare les 6 et 7 octobre.

 

 

 



Fauvette des jardins   Sylvia borin  E M

 

Estivante nicheuse, migratrice. Nidification confirmée.


Observée pour la première fois au printemps le 17 avril, une observation particulièrement intéressante dans la mesure où il semblait y avoir déjà un couple formé, un mâle chantant discrètement avec un autre oiseau silencieux très proche.


Observée régulièrement par la suite au début du printemps. Un oiseau observé transportant du matériel pour la construction d'un nid le 19 mai (Code Atlas 10). Observée transportant de la nourriture pour les jeunes le 14 juin (Code Atlas 16).


1-2 oiseaux notés irrégulièrement en été jusqu’à 27 août.


 

 

 

 

Fauvette à tête noire   Sylvia atricapilla  H E M

 

Estivante nicheuse et migratrice commune.


1-12 oiseaux vus et/ou entendus presque tous les jours.


Notée deux fois au début de l’année – le 21 janvier [PR] et 15 février.


Observée régulièrement au printemps à partir du 14 mars. Environ 18 oiseaux sur place le 27 aout.


Contrairement à l'année dernière, bien présente en octobre avec jusqu’à 20 oiseaux environ au début du mois. Observée pour la dernière fois (deux oiseaux) le 1er novembre.

 

 

 

 

 

Fauvette grisette   Sylvia communis  E

 

Estivante nicheuse assez commune, même s’il y a eu moins d’oiseaux que durant les années précédentes.

Nidification non confirmée, et peu probable, cette année.


Première donnée au printemps le 19 avril.

 

1-2 oiseaux notés régulièrement au printemps. Chant entendu presque quotidiennement dans la friche jusqu’à début juillet (ce qui est plutôt indicatif des mâles seuls).


Dernière observation le 3 septembre.  




Hypolaïs polyglotte   Hippolais polyglotta  E M


Migrateur peu commun – ne niche plus dans le parc depuis 2012.


Une meilleure année que la précédente – noté à 19 dates.


Un chanteur discret (et invisible) à la Petite Prairie le 25 avril. Vu ou entendu par la suite à quatre reprises jusqu'au 22 mai.


Cliché: juin le 11



Ensuite, ce qui était probablement un mâle chanteur seul présent à la Compost du 7 juin au 7 juillet [PR/DT].




Pouillot fitis   Phylloscopus trochilus  E M

 

Estivant et migrateur peu commun, ne nichant pas au parc. Noté irrégulièrement au printemps et en automne.


Première donnée au printemps le 1 avril. 1-2 chanteurs notés ensuite à 14 dates jusqu’à 6 mai.


En automne, 1-2 observés à 13 reprises du 12 août au 16 septembre. Un individu tardif observé dans la Petite Prairie le 9 octobre.

 

Cliché: avril le 16  

 

 

 

Pouillot véloce   Phylloscopus collybita E M H

 

Commun en été – observé tous les jours.

 

Observé pour la première fois le 22 février. Observé en petit nombre régulièrement ensuite jusqu'à la fin novembre. Des effectifs plutôt faibles par rapport aux années précédentes (1-4 oiseaux notés en générale).


Environ 12 oiseaux sur place à la fin octobre, y compris une petite bande de 7-8 oiseaux ensemble à la Mare du Bas, la plupart de ce groupe apparemment toujours présent le 13 novembre. 







Pouillot siffleur   Phylloscopus sibilatrix  M

 

Migrateur rare – une observation au printemps.


Avril le 18 (1).


Ceci a été la première mention depuis mai 2014. Il s’agissait d’un oiseau qui chantait dans les arbres sur le Sentier des Vergers.

 





Roitelet huppé  Regulus regulus  S M


Résident peu commun – nidification probable dans la partie nord du parc mais pas confirmée.


1-4 notés assez régulièrement durant toute l’année. Environ 8 sur place le 10 novembre.




 

Roitelet triple-bandeau  Regulus ignicapillus  S M


Résident peu commun, noté plus fréquemment que l’espèce précédente.  Nidification possible mais non confirmée.

 

Une observation en hiver au début de l’année - janvier le 10 (1) [AD].


Comme d’habitude, un chanteur présent côte Jean Moulin (entendu régulièrement du 15 mars au 1 mai) mais aucune donnée en été (du 2 mai au 20 aout). Il reste à voir si cette tendance est due à une réelle absence, ou à la discrétion de l’espèce pendant la saison de nidification.




Gobemouche gris   Muscicapa striata  M


Migrateur peu commun mais régulier. Une bonne année - observé à 19 reprises (une fois au printemps et 18 fois en automne). Un individu tardif le 7 octobre.


Mai le 6 (1).


Août les 12 (1), 26 (1), 27 (1) [PR/DT] , 28-30 (1) , 31 (2) [PR/DT] – septembre les 1 (3) [PR/DT] , 2-3 (1) , 4 (2) [PR/DT] ,  6 (1) [GN] , 7-8 (1) , 10 (1) , 18 (1) [AL/DT] – octobre les 2 (1) , 7 (1).



Cliché: octobre le 7




Gobemouche noir   Ficedula hypoleuca  M


Migrateur peu commun au printemps ; assez commun et régulier en automne. Une très bonne année – la présence de deux mâles sur place au printemps était exceptionnelle.


Un mâle aperçu sur le Sentier des Vergers le 17 avril était suivi plus tard par un deuxième mâle, trouvé non loin de là, à la butte sud, le 29 avril.

 

Cliché: avril le 30



Ce dernier a passé 3 jours à cet endroit, retournant fidèlement au même arbuste pour s’y nourrir goulument de chenilles. Fait peu croyable, lors de son troisième et dernier jour sur place, le 1er mai, il a été rejoint par un autre mâle, les deux oiseaux se nourrissant parfois à proximité et montrant de l'agressivité l'un envers l'autre [PP/DT].


Forte présence en automne – 1-4 oiseaux notés presque quotidiennement du 13 août au 22 septembre. Pic d’environ 8 sur place le 1 septembre.





Mésange charbonnière  Parus major  S M


Résidente commune ; 1-10 oiseaux observés quotidiennement.

 

 



Mésange bleue  Cyanistes caeruleus  S M


Résidente commune, nichant au parc.


Un peu moins nombreuse que l’espèce précédente ; normalement 1-4 oiseaux observés tous les jours.

Migration active évidente en automne – 1-4 observées à sept reprises du 7 octobre au 4 novembre.



 

 

Mésange à longue queue  Aegithalos caudatus  S


Résidente relativement commune, nichant sur place. Jusqu’à près de 15 oiseaux observés irrégulièrement pendant toute l’année.


Des adultes transportant de la nourriture pour les jeunes (code atlas 16) le 2 mai.







Sittelle torchepot   Sitta europaea   S

 

Curieusement absente et rare au parc. Une seule (belle) observation.


Juin le 22 (1).

 

 

 







 

Grimpereau des jardins   Certhia brachydactyla  S


Résident nicheur (au moins 2 couples estimés). Des oiseaux isolés observés régulièrement durant toute l’année.


Nidification confirmée ; des adultes observés avec des jeunes (code atlas 13) à deux reprises, le 19 mai et le 22 juin.

 



 

Pie bavarde  Pica pica  S


Résidente très commune, nicheuse : 5-20 oiseaux observés tous les jours.






Geai des chênes   Garrulus glandarius  S M

 

Résident assez commun – nichant au parc. Normalement 1-3 oiseaux observés tous les jours.


Migration en automne pas évidente cette année.

 

 

Cliché: octobre le 17




 

 


 

Choucas des tours   Corvus monedula  H M

 

Peu commun : 1-28 oiseaux observés en survol à 12 reprises (cinq au printemps et sept en automne).


Février les 15 (1) – mars le 1 (2) – avril les 11 (2) , 23 (1) – mai le 2 (1).


Septembre le 7 (2) -  octobre les 11 (26) [YG/IG/DT] , 17 (12) [IG/DT] , 19 (4) [IG/DT] , 23 (28) [IG/DT] – novembre les 20 (1) , 22 (2).

 

 

 

 

Corbeau freux  Corvus frugilegus  M


Migrateur peu commun mais régulier. Les observations se rapportent habituellement à de petits groupes dispersés de moins de 10 individus en survol.


Observé à 27 dates (13 au printemps et 14 en automne).


Au printemps 1-6 notés du 15 février au 10 mai.


En automne observé à 14 reprises du 2 septembre au 20 novembre, avec un pic de 13 le 26 octobre [IG/DT].


Il est intéressant que l’espèce ait été enregistré apparemment en migration nocturne le 2 avril, vers 03h50 du matin.



 

 

Corneille noire  Corvus corone  S


Résidente commune, nicheuse. Jusqu’à 10 oiseaux observés tous les jours.

Mi-septembre un groupe d’environ 25 oiseaux noté à deux reprises sur un arbre près de la mare.




 

Étourneau sansonnet  Sturnus vulgaris  S M


Résident assez commun, nichant au parc. Observé en petites quantités quotidiennement.


Nidification confirmée début mai avec des adultes transportant nourriture pour les jeunes, de la friche vers les endroits boisés.


Migration au printemps peu évidente. En automne noté régulièrement du 3 octobre au 28 novembre, avec un pic de 214 le 3 novembre.







Loriot d’Europe   Oriolus oriolus  M


Migrateur peu commun. Observé deux fois au printemps.


Avril le 19 (1) – mai le 4 (1).

 


Cliché: mai le 4








Moineau domestique  Passer domesticus  S


Résident assez commun, nichant aux alentours. Peu de données cette année à l’intérieur du parc.



 


Pinson des arbres  Fringilla coelebs  S M


Résident relativement commun, surtout en hiver – observé en petites quantités presque tous les jours.

 

Chant entendu, comme d’habitude, dans la partie nord du parc au printemps. Discret et très peu observé en été.


Un oiseau observé transportant de matériel pour la construction d'un nid le 20 avril.


Migrateur commun : au printemps observé en petites quantités en vol vers le nord-est du 14 mars au 4 mai, avec un faible pic de 62 le 21 mars.


Migration notée presque régulièrement en automne du 14 septembre au 28 novembre, avec un pic de 781 le 10 octobre [ED/IG/DT].




 

 

Pinson du Nord   Fringilla montifringilla  H M


Migrateur et hivernant peu commun mais régulier.


Non présent en hiver au début de l’année. Des individus observés deux fois au printemps, le 23 mars et 12 avril.


En automne noté pour la première fois le 7 octobre, lorsqu’un individu a survolé la cascade en criant. 1-6 observés ensuite à 11 reprises jusqu’au 14 novembre lorsqu’un oiseau (apparemment bien installé sur place) se nourrissait avec un petit groupe de pinson des arbres.






Linotte mélodieuse   Linaria cannabina   M


Migratrice assez commune notée au passage au printemps et en automne.


Première observation au printemps le 15 février. Migration notée ensuite du 14 mars jusqu’à 6 mai - observée en petits nombres quotidiennement en avril (faible pic de 10 le 11 avril).


Absente en été. En automne notée régulièrement 30 septembre au 8 novembre, avec un pic de 34 le 10 octobre [ED/IG/DT].

 

Cliché: octobre le 26


 

 


Sizerin cabaret   Acanthis cabaret  H M

 

Hivernant et migrateur plutôt rare. Une bonne année – observé à six reprises en automne.

 

Octobre les 7 (1) , 11 (1) [IG/DT] , 22 (1) , 27 (1) – novembre les 11 (1) , 21 (1).



 

 

 

Chardonneret élégant  Carduelis carduelis  S M


Résident relativement commun, nichant au parc ou aux alentours. Observé en petit nombre irrégulièrement durant toute l’année.


En hiver, petits groupes parfois notés se nourrissant sur place dans la partie nord du parc (environ 14 le 20 novembre). 


Migration active notée en petits nombres au printemps, à sept reprises du 14 mars au 6 mai.


Migration évidente en automne du 30 septembre au 8 novembre. Noté en petits nombres régulièrement avec un pic de 54 le 23 octobre [IG/DR/PR/DT].

 



 

Verdier d’Europe  Chloris chloris  S M


Résident commun, nichant au parc ou aux alentours. 1-5 oiseaux observés régulièrement durant toute l’année.

Plus discret au printemps et en été.


Un groupe d’environ 12 sur place le 12 septembre.



 

 

Tarin des aulnes  Spinus spinus  H M


Hivernant peu commun. Des oiseaux notés en migration au printemps et en automne.


Pas de présence hivernale au début de l’année.


Noté quatre fois au printemps du 14 au 28 mars, avec un maximum de 19 en migration le 26 mars.


De petits nombres en migration observés régulièrement en automne du 24 septembre au 28 novembre, avec un faible pic de 40 le 23 octobre [IG/DR/PR/DT].


Noté une fois en hiver à la fin de l’année : le 28 décembre (8) [PR].




 

Serin cini  Serinus serinus  S M

 

Résident peu commun, nichant probablement aux alentours. En général en déclin et moins observé que les années précédentes.


Comme l’année dernière, relativement peu d’observations – noté à neuf reprises (deux fois au printemps et sept fois en automne).


Avril les 12 (1), 18 (1).

 

Septembre les 21 (1), 30 (1)  -  octobre les 7 (1) , 17 (1) [IG/DR/LT/DT] , 28 (1) , 30 (4) – novembre le 3 (1).


L'observation du 18 avril concernait un mâle qui s'est posé et a chanté brièvement à la mare avant de retourner vers la pelouse nord.




 

Bouvreuil pivoine  Pyrrhula pyrrhula  S


Résident discret. En déclin au parc et moins observé que les années précédentes. Observé seulement à trois reprises.


Janvier le 16 (1) [PR].


Mars le 15 (1).


Novembre le 7 (1).


L’oiseau du 15 mars était intéressant, survolant en altitude en migration vers le nord.

 




Gros-bec casse-noyaux   Coccothraustes coccothraustes  H M


Hivernant et migrateur peu commun. Observé à 11 reprises en survol (sept au printemps et quatre en automne).


Mars le 28 (1) – avril les 29 (2) , 30 (2)  -  mai les 4 (4) , 10 (1) , 12 (1) , 13 (1).

 

 

Cliché: novembre le 8





Septembre le 30 (1) - octobre le 7 (2) - novembre les 4 (1) , 8 (3).


Noté une fois en hiver à la fin de l’année : le 28 décembre (1) [PR].




 

 

Bec-croisé des sapins   Loxia curvirostra   M

 

Observé une fois au printemps.


Avril le 20 (14).


Ceci a été la première donnée depuis octobre 2017. Il s’agissait d’un groupe en survol très bas vers l’est, tôt dans la matinée.

 

 

 

 

Bruant ortolan   Emberiza hortulana   M

 

Observé une fois en automne.

 

Septembre le 14 (1).

 

Ceci a été la première mention depuis septembre 2010 - il s'agissait comme alors d'un oiseau volant vers le sud au-dessus de la cascade tôt dans la matinée. Malheureusement, cet oiseau n'a pas été correctement vu et n'a été identifié de manière concluante que plus tard, en référence à un enregistrement sonore.

 

 

 

 

Bruant jaune   Emberiza citrinella  M


Migrateur plutôt rare. Enregistré en migration nocturne une fois au printemps. Observé une fois en survol (et enregistré) à la fin de l’automne.


Mars le 18 (1).

 

Novembre le 8 (1).

 

 

 

 

Bruant des roseaux   Emberiza schoeniclus  H M

 

Peu commun et irrégulier en hiver. Des migrateurs notés assez fréquemment au printemps et (surtout) en automne.


Février le 23 (1)  –  mars le 14 (1)  –  avril le 4 (1).


En automne noté en petit nombre à 13 reprises du 7 octobre au 6 novembre. Maximum de 13 en migration active le 3 novembre.




_____________________________________________________________________________________________



Author: David Thorns

Traduction assistée par Isabelle Merle

Mise en ligne le 21 janvier 2021


Vue panoramique vers le nord-est - en automne regardez dans cette direction !