birding beaumonts

Subtitle

Rapport Annuel 2019

110 espèces ont été identifiées en 2019, un total correct et un score identique à l’année précédente. Plusieurs espèces rares ont été notées, telles un Circaète Jean-le-Blanc, une Huppe fasciée, un Hibou des marais et deux Cigognes noires. Les enregistrements nocturnes, effectués pour la première fois, ont permis de mettre en lumière la présence de plusieurs espèces qui autrement serait passée inaperçue. Ainsi d’autres espèces intéressantes ont été notées, y compris trois nouveautés pour la liste du parc : le Foulque macroule, le Blongois nain et le Tournepierre à collier. Ce dernier a même constitué la première mention pour le département de Seine-St-Denis. 

 

Un petit nombre d’espèces « habituelles » brillent par leur absence, telles la Bernache du Canada, le Traquet pâtre (encore), le Busard St Martin, la Tourterelle des bois et le Sizerin. Encore une fois le Moineau friquet et le Bruant zizi, deux espèces régulières il y a quelques années, n’ont pas été observées, et l’absence renouvelée de l’oie cendrée est peut-être révélatrice du changement climatique. 

 

Par rapport à 2018 ce fut une année moyenne pour l’observation des grands rapaces en migration : en tout, 225 heures de « skywatching » ont été effectuées de la Cascade (-21% par rapport à l’an dernier) avec un total de 81 individus notés (-34%). 

 

Malheureusement, fin mars, une tentative de braconnage a été constatée une nouvelle fois à l'intérieur du parc. Contrairement à l’année précédente, cette fois il s’agissait d’un jeune homme seul avec une cage contenant un chardonneret, décorée de brindilles recouvertes de colle afin de piéger d’autres oiseaux sauvages.  Après confrontation, l'individu est parti rapidement – néanmoins une plainte officielle a été déposée auprès de la police locale.

 

Pour la seconde année consécutive, il est pertinent de signaler la bonne gestion du parc de la part de « Est Ensemble » – la volonté des équipes de rencontrer et d'impliquer les riverains tout au long du processus décisionnel a une fois encore été appréciée, et constitue une rupture bienvenue avec le passé.

 

Il existe actuellement un projet consistant à élargir et modifier la mare Perchée, ce qui bénéficiera, on espère, à l’avifaune du site. Enclose par une palissade électrique, la friche centrale a de plus vu l’introduction de vaches et de chèvres durant plusieurs mois (jusqu'au début novembre) avec l’objectif de contrôler la croissance de la végétation.

 

Sentier des Vergers; debut mai

La mare Perchée en novembre - elle était méconnaissable après le début des travaux de reconstruction

Observateurs au Parc des Beaumonts en 2019:

 

JA=Jack Anjuerer

SC=Suzanne Cox

ED=Emmanuel DuCherimont

MG=Muriel Gelin

IG=Isabelle Giraud

DG=Didier Godreau

SH=Sophie Haddad

RJ=Remi Jugieux

ML=Maité Lanc

TP=Thomas Puaud 

FR=Fréderic Raymond

PM=Philip Redman

PR=Pierre Rousset

MS= Michel Sitterlin 

DT=David Thorns

GW=Geoffrey Weisse

  

 

Sauf mention contraire, toute observation référencée est effectuée par DT seul.

 

 

 

LISTE SYSTÉMATIQUE 

 

C = captivité - issu de captivité ou d’élevage (individus échappés ou relâchés… lors des départs en vacances, notamment).


E = estivant - migrateur visible au printemps et en été, qu’il niche directement sur le site des Beaumonts (la majorité des cas) ou pas.


F = féral - ce terme désigne une espèce issue de captivité ou introduite, mais qui se reproduit en liberté et a formé une population capable de se maintenir sans nouvel apport artificiel. Il est ici utilisé dans un sens plus général. Il désigne une espèce « exotique » qui, parfois au moins, niche en liberté. Un individu donné peut donc provenir de captivité ou être né en liberté.

  

H = hivernant - migrateur visible en automne et en hiver.


M = migrateur - observé lors des migrations d’automne et de printemps ou bien lors de déplacements erratiques. Le nom des saisons prend ici un sens un peu différent de celui du langage courant. Suivant les espèces, la migration d’automne peut en effet commencer dès août (voire en juillet) et la migration de printemps (le retour des quartiers d’hiver) dès février.

                                      

S = sédentaire - présent toute l’année (la population nicheuse locale pouvant être renouvelée ou augmentée de migrateurs et hivernants).


 

 

 

Caille des Blés   Coturnix coturnix   M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne trois fois au printemps. 

 

Mai le 24 (1)  -  juin les 24 (1) , 25 (1).

 

 

 

Grand cormoran  Phalacrocorax cargo  M

 

Au printemps, noté en migration à sept reprises du 17 février au 5 mai, avec un pic de 41 le 13 avril [ED/RJ/ML/DT].  

 

En automne observé en migration pour la première fois le 24 août. Observé ensuite à 14 reprises jusqu’au 17 novembre, avec un pic de 81 le 23 octobre [MG/IG/DT]. 

 

L’espèce semble bien installée au Lac Daumesnil tout près et les oiseaux apparemment locaux sont de plus en plus observés pendant et hors des périodes de migration (des oiseaux seuls notés, par exemple, le 5 janvier, à quelques reprises en mai, le 29 décembre).

 

 

 

Blongois nain  Ixobrychus minutus  M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne une fois au début de l’automne.

 

Septembre le 8 (1).

 

L’oiseau a survolé la cascade à 23h05 environ. Il s’agit de la première mention pour le parc.

 

 

 

Héron cendré  Ardea cinerea  S M

 

Encore une année décevante avec relativement peu de données – l’espèce  ne vient plus pêcher à la mare Perchée comme elle le faisait les années précédentes. Les observations se rapportent à des individus ou parfois de petits groupes en survol. 

 

Noté sporadiquement pendant les périodes de migration. 1-3 oiseaux apparemment en migration observés au printemps à quatre reprises, du 23 février au 7 mai. Notés cinq fois en automne, y compris un individu en vol bas, fin novembre, apparemment prospectant la mare Perchée.


 

Grande aigrette Casmerodius albus  M

 

Observée trois fois en automne.

 

Octobre le 6 (2) – novembre les 4 (1) [IG] , 5 (1) [IG].

 

C. albus est maintenant observée avec quasi certitude chaque année en survol migratoire, ce qui est cohérent avec l’expansion de l’espèce dans le nord-ouest de l’Europe.


Cliché: octobre le 6






Cigogne blanche  Ciconia ciconia  M

 

Observée en survol migratoire à cinq reprises (une fois au printemps et quatre fois en automne).

 

Mai le 5 (3) [IG/DT].

 

Août les 24 (24) [ED/ML/DT] , 25 (37) -  septembre les 14 (c30)  -  novembre le 9 (c30) [IG/DT].


Cliché: mai le 5



Cigogne noire  Ciconia nigra  M

 

Observée en survol migratoire deux fois en automne.

 

Septembre les 8 (1),  14 (1).

 

L’observation du 14 septembre était fascinante : il s’agissait d’un individu en migration en compagnie d’environ 30 cigognes blanches. Il a réussi à garder ses distances avec le groupe, ne s'intégrant jamais une seule fois au milieu des cigognes blanches, tout en conservant son allure solitaire caractéristique.

 

 

 

 

Canard colvert  Anas platyrhynchos  S M

 

Encore une année décevante avec seulement 10 observations - pas de nidification cette année.

 

1-5 notés à trois reprises en survol à la fin février/début mars. Deux males et une femelle découverte à l’aube à la mare de Bas le 15 avril. Cris d’un oiseau arrivant à la mare Perchée enregistrés pendant la nuit du 23 mai.  

 

1-5 notés en survol à cinq reprises en automne, du 12 octobre au 9 novembre [IG/DT].

 

Bien que cette espèce ait réussi (miraculeusement) à nidifier avec succès deux fois ces dernières années, les dérangements habituels (proximité des humains, chiens sans laisse) rendent quasiment nulles les chances de nidification. 

 

 

 



Balbuzard pêcheur  Pandion haliaetus  M

 

Observé en survol migratoire à cinq reprises (une fois au printemps et quatre fois en automne). 

 

Mars le 30 (1).

 

Août les 24 (2) [ED/ML/DT], 31 (1) [ED/ML/DT]  -  septembre le 14 (1)  -  octobre le 23 (1) [IG/DT].


Cliché; août le 31




Circaète Jean-le-Blanc   Circaetus gallicus  M



Une observation au printemps.

 

Avril le 14 (1) [IG/DT].

 

L’oiseau a survolé le site vers le Nord au début de l’après-midi.

 

 

 

 

Milan noir  Milvus migrans  M

 

Noté à trois reprises (une fois au printemps et deux fois en automne).  

 

Mai le 12 (1) 

 

Août les 15 (2) [DG/DT], 24 (1).  

 

 

 


Milan royal  Milvus milvus  M


Observé en survol migratoire à deux reprises en automne. 

 

Octobre le 23 (1) [IG]  -  novembre le 6 (1) [JA]

 

L’oiseau de novembre a été observé de l’avenue Danton, à 200m de la limite du parc.





Busard des roseaux  Circus aeruginosus  M

 

Une année plutôt décevante – seulement une donnée au printemps. Observé en survol migratoire à six reprises. Au moins 23 oiseaux sont concernés au total. Le passage de 14 oiseaux, le 14 septembre, en un peu plus de 3 heures, a été exceptionnel.

 

Mars le 30 (1).


Cliché: september le 14



 

Août le 31 (1)  -  septembre les 1 (3) [IG/DG/DT] , 7 (3) [ED/ML/DT] , 8 (1) , 14 (14) [ED/ML/DT].

 

 

 


Buse variable   Buteo buteo  M

 

Au cours des années récentes la buse est devenue plus commune, grâce notamment à la présence d'un certain nombre d'oiseaux locaux dans les environs du bois de Vincennes tout proche. Ceci a compliqué le comptage – produire des chiffres précis est difficile. Les oiseaux de Vincennes (3-4 individus en général) sont particulièrement visibles de fin février à fin mai. 

 

Migration peu évidente cette année : observée apparemment en survol migratoire à 10 reprises. Au printemps, des individus notés trois fois (février le 17, mars le 30 et mai le 13). En automne 1-2 observés à sept reprises du 24 août au 17 novembre.




Bondrée apivore  Pernis apivorus  M

 

Observée à sept reprises (deux fois au printemps et cinq fois en automne). 26 oiseaux sont concernés. Notamment un passage de 10 oiseaux le 24 août. 

 

Mai les 13 (3) [IG/DT] , 18 (1).

 

Août les 24 (10) [ED/IG/ML/DT], 31 (6) [ED/ML/DT]  -  septembre les 1 (2) [IG/DT], 8 (1), 14 (3) [ML/DT].

 

 


Cliché; mai le 13



 

[Grands rapaces non identifiés]

 

Sept grands rapaces indéterminés ont été observés en automne, du 1er septembre au 26 octobre. 

 

 

 

Épervier d’Europe  Accipiter nisus  S

 

Observé régulièrement (normalement 1-3 individus) pendant toute l’année. Nidification probable dans le bois de Bordure (parades observés, et un oiseau transportant des proies vers le site durant le mois de mai). Contrairement aux années précédentes les cris des juvéniles n’ont pas été entendus à la fin de juillet.  

 

Au printemps et (surtout) en automne, des oiseaux «migrateurs» parfois notés en petit nombre. Migration évidente le 23 octobre avec 5 individus en vol sud, haut dans le ciel [IG/DT].







Faucon crécerelle  Falco tinnunculus  S M

 

Niche aux alentours ; 1-3 individus (normalement un) observés presque quotidiennement. 

 

 

 

Cliché; mars le 9

 







Faucon hobereau  Falco subbuteo E M

 

Relativement peu de données cette année. 1-2 oiseaux notés à sept reprises du 21 avril au 14 septembre. 

 

A part des oiseaux apparemment en migration active le 21 avril et 18 mai, ces observations se rapportent aux oiseaux locaux. Deux oiseaux, visiblement un couple, observés au dessus du bois de Vincennes le 11 mai.

 

Avril le 21 (1)  -  mai les 11 (2), 18 (1), 25 (1).

 

Août le 31 (1) [ML/DT]  -  septembre les 8 (1), 14 (1) [ED/ML/DT].

 

 

 

 

Faucon pèlerin   Falco peregrinus  S M

 

La présence régulière des oiseaux à Paris et ses environs depuis quelques années a rendu le Pèlerin moins rare. Les observations se rapportent, en général, à des individus circulant très haut dans le ciel au nord du parc

 

1-2 notés à sept reprises. 

 

Février le 17 (1)  -  mars le 31 9 (1)  -  avril le 22 (2). 

 

Septembre les 1 (1), 7 (1), 28 (1) [IG]  -  octobre le 6 (1).

 

L’oiseau du 28/9 était apparemment en migration.






Faucon émerillon  Falco columbarius  M

 

Observé une fois en survol migratoire en automne. 

 

Septembre le 14 (1) [ED/ML/DT].

 

 

 

 

 

 

 

 

Poule d’eau  Gallinula chloropus  S

 

Jusqu'à présent c’était une résidente assez commune et une habituée de la mare Perchée, mais cette année a été très décevante. Pour la première fois depuis 2003, l’espèce a été selon toute apparence absente durant la plus grande partie de l’année. 

 

1-4 notées (parfois dans la friche) à 12 reprises du 4 janvier au 25 mai. 

 

On ne peut que spéculer sur les raisons de cette disparition soudaine car l'espèce a toujours montré une grande tolérance aux dérangements quotidiens à la mare. Peut-être le rôle de la (plus petite) mare du Bas a été sous-estimé – la nidification dans ce secteur du parc étant incompatible avec la disparition presque complète de la roselière. L’état de la mare Perchée, avec des niveaux d'eau plus bas que d'habitude et une zone de roseaux particulièrement dense, a peut-être été un facteur également.

 

Des migrateurs en survol nocturne ont été enregistrés à deux reprises : 

 

Mars le 28 (1)  -  mai le 14 (1).

 




Râle d’eau   Rallus aquaticus   M

 

Enregistré deux fois en survol nocturne à la fin du printemps.

 

Juin les 17 (1) ,  30 (1).

 

 

 

 

Foulque macroule   Fulica atra   M

 

Enregistrée en survol migratoire nocturne à trois reprises au printemps.

 

Fevrier le 26 (1)  -  mars le 28 (1)  -  avril le 15 (1).


Il s’agit d’une nouvelle espèce pour le parc. 

 

 

 

 

Petit Gravelot   Charadrius dubius  M

 

Enregistré en migration nocturne une fois en automne.

 

Juillet le 18 (1).


L’oiseau a survolé la cascade à 03h21 environ.

 

 


 

Grand Gravelot   Charadrius hiaticula  M

 

Enregistré en migration une fois en automne.

 

Juillet le 22 (2+).


Les oiseaux ont survolé la cascade vers 02h13.

 

 

 

 

Vanneau huppé   Vanellus vanellus  M H

 

Observé en survol à six reprises (une fois au printemps et cinq fois en automne).

 

Février le 17 (2) 

 

Octobre le 23 (391) [IG/DT]  -  novembre les 4 (2) [IG] , 9 (95) [IG/DT] , 16 (142) , 17 (315) [IG/ML/DT].



 


Pluvier doré  Pluvalis aricaria  H M

 

Observé en survol migratoire à quatre reprises (une fois au printemps et trois fois en automne). 

 

Mars le 9 (13).

 

Octobre le 23 (2) [IG/DT]  -  novembre les 9 (28) [IG/DT], 10 (19) [IG/DT].

 


Cliché; novembre le 9




 

Tournepierre à collier   Arenaria interpres  M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne une fois en automne.

 

Août le 20 (1+).


C’est l’un des oiseaux phares de l’année, car ceci a constitué la première mention de l’espèce pour le département de Seine-Saint-Denis [Brisechant E.,2014. Les oiseaux de Seine-Saint-Denis, CORIF.]

 

 

 

Chevalier cul-blanc  Tringa ochropus   M

 

Enregistré en survol migratoire nocturne à trois reprises en automne.

 

Juin le 17 (1)  -  août le 21 (1)  -  septembre le 8 (1).



 

 

Chevalier guignette   Actitis hypoleucos  M

 

Enregistré en survol nocturne à quatre reprises en automne.

 

Juillet le 6 (2)  -  août le 20 (1)  -  septembre les 3 (2) , 6 (1).

 



 

Bécasse des bois  Scolopax rusticola  M H

Observé deux fois (une fois au printemps et une fois en automne).

Mars le 26 (1).

 

Novembre le 17 (1).

 

 

 

Mouette rieuse  Chroicocephalus ridibundus   S M

 

Observée régulièrement en petits groupes (en général 1-10 oiseaux) survolant le parc en hiver, au début du printemps et automne. Peu commune et irrégulière entre mai et fin août. 

 

 

 

Goéland argenté  Larus argentatus  S M

 

Survols. Observé irrégulièrement en petite quantité (en général 1-2 oiseaux) en hiver, au printemps et en automne.




Goéland leucophée  Larus michahellis  H M

 

Probablement sous-évalué à cause de la difficulté présentée par l’identification de goélands en vol à distance. Plus évidente au printemps, surtout mai.

 

Au printemps 1-5 notés à six reprises. Ne noté qu’une fois en automne.

 


Cliché; mai le 5





Février les 17 (3) [PR/DT], 24 (4) [ED/ML/PR/DT]  - mars le 31 (1) [SC/ML/PR/DT]  -  mai les 5 (5) [IG/DT], 14 (1), 16 (1) 

 

Octobre le 20 (1).

 

 

 

Goéland brun  Larus fuscus  S M

 

Relativement commun – noté en petites quantités en hiver, au printemps et en automne.

 

Migration vers le sud-ouest (en grande majorité des adultes) évidente le 17 novembre [IG/ML/DT].

 

 

 

[Goéland indéterminé]   Larus sp.

 

Des goélands d’espèce indéterminée en survol notés régulièrement en hiver, au printemps et en automne.




Sterne pierregarin   Sterna hirundo   M

 

Migratrice plutôt rare – observée une fois au printemps.

 

Avril le 27 (1).

 

L’oiseau a survolé le parc vers le nord tôt dans la matinée.

 

 

 

 

 

 


Pigeon biset  Columba livia  S

 

Résident commun, observé tous les jours.

 

 

 

 

Pigeon colombin  Columba oenas  S M

 

Nichant aux alentours, un résident relativement commun, noté en survol en petits nombres pendant toute l’année (en générale vers l’est). 

 

 

 

 

Pigeon ramier  Columba palumbus  S M

 

Résident commun, nichant sur le site – observé tous les jours. 

 

Les effectifs sur place sont relativement faibles, mais augmentés par les déplacements d’individus ou de petits groupes survolant le parc en hauteur et dans diverses directions. Les oiseaux survolent le parc généralement vers le nord-est pendant la matinée, et reviennent vers Paris en fin de journée.

 

En automne, des groupes en migration active vers le sud notés à huit reprises du 13 octobre au 17 novembre, avec un pic de 1940 le 23 octobre [IG/DT].





Tourterelle turque   Streptopelia decaocto  S

 

Résidente relativement commune. 1-2 oiseaux observés régulièrement en vol ou parfois posés dans les arbres, à la mare Perchée ou à la déchetterie.

 

Nidification probable mais pas confirmée cette année.


Cliché; septembre le 9

 

 

 

 


Chouette hulotte  Strix aluco  S

Jusqu'à maintenant, présence considérée comme irrégulière et peut-être sous-estimée aux Beaumonts, les enregistrements nocturnes cette année ont clarifié la situation.  

 

Des individus ont été enregistrés à 20 reprises – on peut conclure que l’espèce est relativement commune dans le parc. 

 

Février le 25  -  mars le 27  -  mai les 23  -  juin les 15 , 17

 

Juillet les 17 , 18 , 20 , 21 , 25  -  août les 20 , 26  -  septembre les 3 , 4 , 8 , 12 , 13 , 17  - octobre les 3 , 26.

 

L’enregistrement du 4 septembre est fascinante, s’agissant d’un oiseau chantant en tandem avec un renard roux, vers 04h30 dans la matinée.

 

 

 

Effraie des clochers  Tyto alba  S M

 

Enregistrée durant la nuit deux fois en automne.


Août le 31 (1)  -  septembre le 16 (1).


Un des oiseaux phare de l’année, ceci a été une vraie surprise. Jusqu'à présent elle n’a été observée qu’une seule fois au parc (en pleine journée) et considérée comme rare. Cependant la Dame Blanche est, semble-t-il, plutôt une visiteuse peu commune et irrégulière.

 

 

 

Hibou des marais   Asio flammeus  H M

Une bonne année : observé à trois reprises (deux fois au printemps et une fois en automne).

 

Mars le 31 (1) [SC/ML/PR/DT]  -  avril le 14 (1) [IG/DT].


Octobre le 12 (1) [IG/DT].


 




Martinet noir  Apus apus  E M   

 

Commun en été – observé tous les jours. Niche aux alentours.  

 

Noté pour la première fois au printemps le 14 avril [IG/DT]. Observé pour la dernière fois le 25 août.



Cliché; mai le 1




 

En général moins d’oiseaux notés qu’au cours des années précédentes. Les populations locales semblaient être installées le 30 avril [PR]  - copulation notée parmi les couples survolant la mare Perchée le 12 mai. 

 

Un bâtiment juste en face du parc, dans la cité Jean Moulin, a été une fois encore un site de nidification pour une petite colonie d’oiseaux. Un minimum de huit nids actifs a été estimé sur ce site le 6 juillet.

 

Bien que la colonie semble avoir quitté cette zone le 13 août, au moins un nid actif a duré plus longtemps – les cris ont été entendus à l'aube et des oiseaux observés (soit quittant ou volant tout près du bâtiment)  les 17 et 21 août.

 

Passage d’automne pas très évident – 53 oiseaux notés en migration active le 24 août (la veille du dernier oiseau de l’année).

 

 



Huppe fasciée   Upupa epops   M

 

Une observation au printemps.

 

Avril le 21 (1).

 

Elle a été observée en vol au-dessus de la friche, harcelée et apparemment chassée du site, malheureusement, par une pie bavarde.





 

 

Perruche ondulée   Melopsittacus undulatus   C

 

Notée une fois.

 

Mai le 18 (1).

 

 

 

 

Perruche à collier   Psittacula krameri  F

 

Relativement commune – leur nombres a augmenté fortement depuis quelques années. Nichent actuellement sur place dans le parc Mabille. 

 

Les observations se rapportent habituellement à des individus ou à de petits groupes volant bruyamment au-dessus du parc ; il est supposé qu’une grande partie de ces oiseaux sont en route depuis/vers leurs sites de nidification/dortoirs du parc Montreau, bois de Vincennes et/ou Roissy.

 

     

 

Pic vert Picus viridis  S

 

Au moins un couple nichant dans le parc ou aux alentours– observé ou entendu régulièrement toute l’année. Très vocal et facile à trouver en mars. 

 

 

Pic épeiche  Dendrocopos major  S

 

Au moins un couple résidant et nichant au parc ou aux alentours – observé ou entendu régulièrement pendant toute l’année. Comme le Pic vert, plutôt discret fin juillet.

 

 

 

Pic épeichette   Dendrocopos minor   S

 

Au cours des dernières années cette espèce est devenue rare au parc. Observée seulement une fois. 

 

Mars le 29 (1) [PR].

 

Il est peut-être pertinent de noter que le déclin de cette espèce est en corrélation avec la colonisation récente de la Perruche à collier.



 


Alouette des champs  Alauda arvensis  M

 

Survols. Migratrice assez commune au printemps et (surtout) en automne. 

 

Pas notée au printemps cette année.

 

Observée à 10 reprises en automne, du 12 octobre jusqu’au 17 novembre, avec un pic de 65 le 23 octobre [IG/DT].


Cliché; octobre le 23



 

Observée presque exclusivement en survol, il est pertinent de mentionner que l'espèce a été photographiée pour la première fois sur place le 23 octobre. Il s’agissait d’un individu qui est descendu pour se poser sur la pelouse nord où il s'est nourri pendant au moins 20 minutes.

 

 

 

 

Alouette lulu   Lullula arborea  M

 

Survols. Alors qu’elle est beaucoup moins commune que l’espèce précédente, migratrice régulière. 

 

Février le 24 (21) [ED/ML/PR/DT].

 

En automne notée à huit reprises du 5 octobre au 5 novembre, avec un pic de 82 le 12 octobre [SC/IG/DT]. 

 

 

 

 

Hirondelle de rivage  Riparia riparia  E M

 

Survols. Migratrice régulière en petits nombres. Une année plutôt décevante – notée à cinq reprises.

 

Avril les 20 (2), 21 (1)  – mai le 1 (2).

 

Août le 15 (2) – septembre le 14 (1).

 

 


 

Hirondelle de cheminée  Hirundo rustica  E M

 

Migratrice commune au printemps et en automne. Très peu observée en été. Des nombres inférieurs par rapport aux années précédentes.

 

Au printemps observée à 18 reprises du 30 mars au 25 mai, avec un pic de 47 le 1 mai [IG/DT]. 

 

Migrateurs d’automne observés à 11 reprises du 24 août au 23 octobre ; pic de 277 le 28 septembre [ED/ML/IG].  

 

 

 

 

Hirondelle de fenêtre  Delichon urbicum  E M

 

Migratrice en petit nombre, au printemps et à l’automne. 

 

Observée pour la première fois le 20 avril. Migration au printemps plutôt décevante – l-4 oiseaux notés à sept reprises jusqu’à 25 mai.

 

Observée à cinq reprises seulement en automne, du 24 août au 10 novembre ; faible pic de 13 le 24 août. 

 

L’observation du 10 novembre est tardive - il s’agissait d’un individu solitaire volant lentement à travers une fine bruine [IG/DT].

 

 

 

Pipit farlouse  Anthus pratensis  M

 

Un migrateur commun au printemps et (surtout) en automne.

 

Migration au printemps du 30 mars au 30 avril, noté à huit reprises avec un pic de 83 le 12 avril.

 

Absent en été. Première donnée d’automne le 28 septembre. Observé régulièrement ensuite en petites quantités jusqu’au 17 novembre avec un pic de 193 le 12 octobre [SC/IG/DT].

 

 

 

 

Pipit des arbres  Anthus trivialis  M

 

Un migrateur relativement commun au printemps et en automne. 

 

Observé pour la première fois au printemps le 12 avril. 1-2 individus notés ensuite à six reprises jusqu’au 12 mai (une majorité ont été trouvés sur place dans la friche).   

 

Absent en été. En automne 1-6 notés à sept reprises du 20 août au 28 septembre.

 

 

 

Bergeronnette grise  Motacilla alba  M

 

Migratrice relativement commune au printemps et à l’automne.

 

Très peu de données au printemps : 1-2 en survol observés à cinq reprises, du 30 mars au 5 mai.  

 

Absente en été. Observée à 12 reprises en automne du 1 septembre au 9 novembre, avec un pic de 135 le 12 octobre [SC/IG/DT].

 

 

 

 

Bergeronnette printanière  Motacilla flava flava  M

 

Migratrice relativement commune au printemps et (dans une moindre mesure) en automne. Une année décevante – observée seulement une fois au printemps.

 

Avril le 22 (1).

 

 

 

 

Bergeronnette des ruisseaux  Motacilla cinerea  S M

 

Résidente et migratrice peu commune - ne niche pas au parc. 

 

Une (parfois deux) notée sur place assez régulièrement, surtout durant la deuxième partie de l’année. L’espèce semble particulièrement attirée par la déchetterie où se trouvent souvent des flaques d’eau. La majorité des données se rapportent à des oiseaux en survol, effectuant des aller-retours entre ce site et le centre-ville. 

 

Notée deux fois pendant la première partie de l’année (le 28 avril et le 13 mai). Durant la deuxième partie de l’année observée à 18 reprises, du 7 septembre au 17 novembre. 


 

 

Troglodyte mignon  Troglodytes troglodytes  S

 

Résident commun – normalement 1-4 oiseaux observés tous les jours.






Accenteur mouchet Prunella modularis  S M

 

Résident et commun, nichant au parc - observé tous les jours.







 

 

 

Rouge-gorge familier  Erithacus rubecula  S M

 

Résident assez commun, nichant sur place. 1-4 oiseaux notés presque tous les jours. Comme l’espèce précédente, plus discret durant la période de nidification.

 

Un juvénile observé le 3 septembre. 

 

 

 

Rossignol philomèle  Luscinia megarhynchos  E M

 

Noté une fois au printemps.

 

Avril le 21 (1). 

 

L’oiseau chantait brièvement de la Petite Prairie tôt dans la matinée. Cette année a encore été décevante par rapport aux années précédentes, sans aucun doute à cause du réaménagement de la friche à la fin de 2014 – l’habitat nécessaire à sa nidification dans le parc ayant disparu. 

 

 

 

Rougequeue noir  Phoenicurus ochruros  M

 

Migrateur plutôt irrégulier et peu commun. Absent durant l’été, alors qu’il niche aux proches abords.

 

Mars les 30 & 31 (1)  -  avril le 1 (1) [PR]. 

 

Septembre le 15 (1)  -  octobre le 12 (2) [IG/DT].




Rougequeue à front blanc   Phoenicurus phoenicurus  M

 

Migrateur peu commun. Noté au printemps et (surtout) au début de l’automne. 

 

Avril le 13 (1) [RJ/DT]  -  mai les 11 (1), 12 (1).

 

Août le 31 (1) [ED/ML/DT]  -  septembre le 1 (1) [IG/DT]  -  octobre les 12 (1) [SC/IG/DT], 20 (1).


Cliché; octobre le 12





 

Tarier des prés Saxicola rubetra  M

 

Migrateur peu commun. Une observation au printemps.

 

Mai le 11 (1).





Merle à plastron  Turdus torquatus  M

 

Migrateur régulier mais peu commun. 

 

Noté à deux reprises au printemps. 

 

Avril les 13 (1), 21 (1).



Cliché; avril le 13




 

 

 

Merle noir  Turdus merula  S M

 

Résident commun, nichant au parc. Petits nombres (normalement 1-5 oiseaux) observés tous les jours.

 

A la fin d’automne noté en migration active à sept reprises du 23 octobre au 17 novembre, avec un pic de 24 le 23 octobre [IG/DT].

 

 

 

 

Grive litorne Turdus pilaris  H M

 

Migratrice peu commune à la fin de l’automne, au printemps et en hiver. 

 

Une seule observation en hiver au début de l’année ; janvier le 10 (1) [PR].

 

Notée une fois en migration active au printemps, une belle observation de quatre oiseaux en vol nord le 20 avril [ED/ML/DT].

 

En automne observée à six reprises du 23 octobre au 17 novembre, avec un pic de 97 le 17 novembre [IG/ML/DT].


Observée une fois sur place à la fin de l'année - décembre le 30 (1) [PR].

 

 

 

 

Grive musicienne  Turdus philomelos  S M

 

Résidente commune, bien que plutôt discrète, nichant au parc (au moins 3 couples estimés). En général, 1-3 oiseaux observés chaque jour. Leur nombre est augmenté au printemps et en automne par les migrateurs.

 

Moins d’oiseaux notés en migration active en comparaison avec les années précédentes. Au printemps observée à cinq reprises du 30 mars au 21 avril, avec un pic de 78 le 31 mars [SC/ML/PR/DT]. 

 

En automne observée du 5 octobre au 17 novembre, avec un faible pic de 32 le 12 octobre [SC/IG/DT].



 


Grive mauvis  Turdus iliacus  H M

 

Migratrice et hivernante relativement commune au printemps et à la fin d’automne. Irrégulière en hiver.

 

Présente sur place au début de l’année – de petits nombres (environ 15 oiseaux) notés irrégulièrement du 28 janvier [PR/DT].  

 

Cliché; janvier le 9





Au printemps 1-32 observées à quatre reprises du 31 mars au 14 avril.

 

Observée pour la première fois en automne le 6 octobre. Notée ensuite en petites quantités jusqu'au 17 novembre – pic de 126 en migration active le 23 octobre [IG/DT]. 

 

 

 

 

Grive draine  Turdus viscivorus  S M

 

Résidente relativement commune, 1-3 oiseaux observés régulièrement durant toute l’année. Chant très évident au début de l’année, en janvier et février.

 

Notée une fois en migration active au printemps ; mars le 31 (8) [SC/ML/PR/DT].

 

Migration en automne évidente du 6 octobre au 17 novembre - notée à neuf reprises avec un pic de 12 le 13 octobre [IG/ML].  

 

 

 

 

Rousserolle effarvatte  Acrocephalus scirpaceus  E M

 

Estivante et nicheuse irrégulière. Une année décevante –notée seulement trois fois.

 

Exceptionnellement discrète ou absente au printemps. Un oiseau  chanteur noté dans la roselière le 11 mai.  

 

Observé deux fois en automne – un individu discret dans la Petite Prairie le 7 et 8 septembre.



 

Fauvette des jardins  Sylvia borin  E M

 

Estivante nicheuse, migratrice. Nidification pas confirmée cette année.

 

Observée pour la première fois au printemps le 22 avril. Chant entendu quotidiennement ensuite jusqu'au 6 juillet (indicatif d’un oiseau mâle seul).

 

Notée deux fois en automne ; août le 24 (1) [ED/IG/ML/DT]  - septembre le 15 (1).


Cliché; mai le 18



 

 

Fauvette à tête noire  Sylvia atricapilla  H E M

 

Estivante nicheuse et migratrice commune. 

 

1-12 oiseaux vus et/ou entendus presque tous les jours.

 

Notée le 16 février, avec le premier chanteur présent le 24 février. Au moins 10 sur place le 21 mars [PR]. 

 

Comme l’année dernière, peu nombreuses en octobre. Observée pour la dernière fois, un mâle, le 9 novembre [IG].    

 

 


 

Fauvette babillarde   Sylvia curruca  E M

 

Migratrice peu commune – ne nichant plus au parc depuis 2010.

 

Observée une fois au printemps – un chanteur discret.

 

Mai le 1 (1).




Fauvette grisette  Sylvia communis  E

 

Estivante nicheuse assez commune, même s’il y a eu moins d’oiseaux que durant les années précédentes. Au moins un couple nicheur. 

 

Première donnée au printemps le 20 avril [PR/DT].


Cliché; mai le 18




1-3 oiseaux notés régulièrement au printemps. Trois couples estimés sur place durant la troisième semaine de mai. Dans le secteur ouest de la friche, adultes transportant de la nourriture vers le nid observés le 15 juin. 

 

Dernière observation le 8 septembre.  

 

 

 

Hypolaïs polyglotte  Hippolais polyglotta  E M

 

Migrateur peu commun – ne niche plus dans le parc depuis 2012.

 

Une année décevante - une seule observation au printemps.

 

Mai le 8 (1).

 

 

 

Pouillot fitis   Phylloscopus trochilus  E M

 

Estivant et migrateur peu commun, ne nichant pas au parc. Noté irrégulièrement au printemps et en automne. 

 

Première donnée au printemps le 31 mars. Des individus notés ensuite à quatre reprises jusqu'au 8 mai. 

 

En automne, 1-3 observés à cinq reprises du 24 août au 15 septembre. 

 

 

 

Pouillot véloce  Phylloscopus collybita E M H

 

Commun en été – observé tous les jours.  

 

Observé pour la première fois le 19 février [PM]. Observé en petit nombre régulièrement ensuite jusqu'à 17 novembre. Les effectifs plutôt faibles par rapport aux années précédentes (1-4 oiseaux notés en générale).  

 

Présence relativement faible en octobre et novembre. 

 

Une donnée hivernale à la fin de l’année ; décembre le 8 (1) [PR].

 

 

 

 

Roitelet huppé  Regulus regulus  S M

 

Résident peu commun – nidification probable dans la partie nord du parc mais pas confirmée. 

 

1-5 notés assez régulièrement durant toute l’année.   

 

 

 

 

Roitelet triple-bandeau  Regulus ignicapillus  S M

 

Résident peu commun, noté plus fréquemment que l’espèce précédente.  Nidification possible mais non confirmée. 

 

1-4 observé régulièrement durant toute l’année (sauf juin-juillet). Comme d’habitude, un chanteur présent côte Jean Moulin, du 9 mars au 18 mai. 

 

 

 

Gobemouche gris   Muscicapa striata  M

 

Migrateur peu commun mais régulier. Observé à huit reprises (deux fois au printemps et six fois en automne).

 

Mai les 12 (1), 18 (1).

 

Août les 24 (1) [IG], 25 (1), 31 (1) [ED/ML]  -  septembre les 1 (2) [DG/DT], 14 (1), 15 (1) [ED/ML].




Gobemouche noir  Ficedula hypoleuca  M

 

Migrateur peu commun au printemps ; assez commun et régulier en automne. 

 

Noté une fois au printemps, un mâle à la butte sud, le 24 avril.

 

En automne, 1-6 observé à onze reprises, du 24 août au 7 octobre.


Cliché; août le 31



 

 

 

Mésange charbonnière  Parus major  S M

 

Résidente commune ; 1-10 oiseaux observés quotidiennement.




Mésange bleue  Cyanistes caeruleus  S M

 

Résidente commune, nichant au parc. 

 

Un peu moins nombreuse que l’espèce précédente ; normalement 1-4 oiseaux observés tous les jours.

 

Migration active évidente en automne – observées en petit nombre à 11 reprises du 12 octobre au 9 novembre, avec un pic de 11 le 4 novembre [IG].

 

Cliché; novembre le 9 (un oiseau en migration)

 

 



Mésange nonnette  Parus palustris  S

 

Peu commune. Nicheuse occasionnelle. 

 

Curieusement absente cette année – observée une fois au début de l’année.

 

Janvier le 4 (1) [PR].

 

 

 

 

Mésange noire  Periparus ater    H M

 

Hivernante et migratrice plutôt rare. Observée à trois reprises en automne.

 

Octobre les 19 (2) [IG/DT], 23 (17) [IG/DT] , 26 (2) [SC/IG/DT]

 

 

 

 

Mésange à longue queue  Aegithalos caudatus  S

 

Résidente relativement commune, nichant sur place. Jusqu’à près de 15 oiseaux observés irrégulièrement pendant toute l’année. 

 

 

 

 

Sittelle torchepot   Sitta europaea   S

 

Curieusement absente et rare au parc. Observée deux fois.

 

Octobre le 26 (1) [SC/DT]  -  décembre le 25 (1) [PR].




Grimpereau des jardins  Certhia brachydactyla  S

 

Résident nicheur (au moins 2 couples estimés). Des oiseaux isolés observés régulièrement durant toute l’année.

 

Nidification confirmée ; des adultes observés avec des jeunes dans le  secteur Mabille le 18 mai.

 

Cliché; un jeune, mai le 18

 

 

 

 

 

Pie bavarde  Pica pica  S

 

Résidente très commune, nicheuse : 5-20 oiseaux observés tous les jours.

 

 

 

Geai des chênes  Garrulus glandarius  S M

 

Résident assez commun – nichant au parc. Normalement 1-3 oiseaux observés tous les jours.

 

Le 1 mai un individu a été observé au nid contenant au moins huit cintres (nid découvert l’année dernière sur le Sentier des Vergers). 

 

1-18 oiseaux notés en migration active à quatre reprises à la fin d’automne, du 12 au 26 octobre.




Choucas des tours  Corvus monedula  H M

 

Peu commun : 1-18 oiseaux observés en survol à sept reprises (trois au printemps et quatre en automne). 

 

Février les 23 (1), 24 (5) [ED/ML/DT]  - mai le 25 (1) 

 

Septembre le 14 (2) [ED/ML/PR/DT]  -  octobre les 23 (18) [IG/DT] , 24 (12) [IG/MS]  - novembre le 9 (2) IG/DT].

 

Cliché; février le 24



 

 

Corbeau freux  Corvus frugilegus  M

 

Migrateur peu commun mais régulier. Les observations se rapportent habituellement à de petits groupes dispersés de moins de 10 individus en survol.


Une année plutôt décevante - observé à trois reprises (une fois au printemps et deux fois en automne).

 

Mars le 30 (1).

 

Octobre le 23 (25) [IG/DT]  -  novembre le 17 (2) [IG/ML/DT].

 

 

 

Corneille noire   Corvus corone  S

 

Résidente commune, nicheuse. Jusqu’à 10 oiseaux observés tous les jours.




Étourneau sansonnet  Sturnus vulgaris  S M

 

Résident assez commun, nichant au parc. Observé en petites quantités quotidiennement. 

 

Nidification confirmée avec des adultes et jeunes dans la friche le 13 mai.

 

Migration au printemps peu évidente. En automne noté à 15 reprises du 1 septembre au 17 novembre, avec un pic de 255 le 9 novembre [IG/DT].




Cliché; avril le 20

 

 

 

Moineau domestique  Passer domesticus  S

 

Résident assez commun, nichant aux alentours. Peu de données cette année à l’intérieur du parc.

 

 

 

Pinson des arbres  Fringilla coelebs  S M

 

Résident relativement commun, surtout en hiver – observé en petites quantités presque tous les jours. 

 

Chant entendu, comme d’habitude, dans la partie nord du parc au printemps. Discret et très peu observé en été. 

 

Migrateur commun: au printemps observé en petites quantités en vol vers le nord-est à six reprises, du 23 février au 13 avril, avec un pic de 105 le 31 mars [SC/ML/PR/DT].

  

Migration notée à 16 reprises à la fin de l’automne, du 28 septembre au 17 novembre avec un pic de 2024 le 12 octobre [SC/IG/DT].

 

 

 

Pinson du Nord  Fringilla montifringilla  H M

 

Migrateur et hivernant peu commun mais régulier. 

 

Pas présent en hiver cette année. Noté à 12 reprises en automne, du 3 octobre au 17 novembre, avec un faible pic de 12 oiseaux le 9 novembre [IG/DT].

 

 


 

Linotte mélodieuse  Carduelis cannabina  S M

 

Migratrice assez commune notée au passage au printemps et en automne.

 

Première observation au printemps le 23 février. Observée en petits nombres (1-19) ensuite, à 17 reprises jusqu’au 21 avril.

 

En automne notée à sept reprises du 12 octobre au 5 novembre, avec un pic de 60 le 13 octobre [IG/ML]. 

 

 

 

 

Chardonneret élégant   Carduelis carduelis  S M

 

Résident relativement commun, nichant au parc ou aux alentours. 

 

Observé en petit nombre irrégulièrement durant toute l’année.

 

En hiver, des petits groupes parfois notés se nourrissant sur place dans la partie nord du parc (jusqu'à 12 oiseaux en février, environ 7 en décembre). 

 

Migration active notée principalement en automne cette année – jusqu'à 46 observés à 12 reprises, du 12 octobre au 17 novembre.  

 

 

 

 

Verdier d’Europe  Carduelis chloris  S M

 

Résident commun, nichant au parc ou aux alentours. 1-7 oiseaux observés régulièrement durant toute l’année. Plus discret au printemps et en été. 

 

 

 

 

Tarin des aulnes  Carduelis spinus  H M

 

Hivernant peu commun. Des oiseaux notés en migration au printemps et en automne. 

 

Pas de présence hivernale cette année. Noté une seule fois au printemps ; février le 24 (7) [PR/DT].

 

De petits nombres en migration observés en automne – jusqu'à 19 notés à 11 reprises du 5 octobre au 17 novembre. 

 

 


Serin cini  Serinus serinus  S M  

 

Résident peu commun, nichant probablement aux alentours.

 

Comme l’année derniere, relativement peu d’observations – noté à  six reprises (deux fois au printemps et quatre fois en automne). 

 

Mars le 31 (1)  -  avril le 13 (2) [ED/RJ/ML/DT]  

 

Septembre le 15 (1) [ML/DT]  -  octobre les 12 (1) [SC/IG/DT] , 19 (1) [IG/DT] , 23 (1) [IG/DT].

 

 

 

 

Bouvreuil pivoine   Pyrrhula pyrrhula  S

 

Résident discret. En déclin au parc et moins observé que les années précédentes. Observé à sept reprises.

 

Janvier le 21 (1) [PR].

 

Au printemps un couple observé à la mare Perchée le 21 avril.

 

Jusqu’ à quatre oiseaux notés durant les « skywatchs » de la cascade à  la fin d’automne, du 23 octobre au 17 novembre, soit posés ou en vol sud (et apparemment en migration) [IG/ML/DT].


Observé une fois en hiver à la fin de l'année - décembre le 30 (1) [PR].


 

 

 

Gros-bec casse-noyaux  Coccothraustes coccothraustes  H M

 

Hivernant et migrateur peu commun. 

 

Comme d’habitude, quelques observations intéressantes au printemps : 1-2 oiseaux (parfois visiblement en couple, avec une aire locale) notés à  cinq reprises du 14 avril au 5 mai, survolant le parc en diverses directions.

 

Faible présence en automne - noté trois fois :

 

Octobre les 19 (5) [IG/DT], 26 (1) [IG/DT]  -  novembre le 17 (1).





Bruant des roseaux  Emberiza schoeniclus  H M

 

Peu commun et irrégulier en hiver. Des migrateurs notés assez fréquemment au printemps et (surtout) en automne. 

 

Noté une seule fois durant la première partie de l’année - février le 23 (1).

 

En automne, 1-2 noté à sept reprises du 12 octobre au 17 novembre. 


Cliché; décembre le 14


Présence hivernale à la fin de l’année : un individu noté deux fois en décembre (les 14 et 29 [PR]).

 

 

 

 

Bruant jaune  Emberiza calandra  M

 

Migrateur plutôt rare. Observé en survol une fois à la fin d’automne. 

 

Octobre le 26 (1) [SC/IG/DT].

 

L’oiseau a survolé la cascade, en criant.




Auteur : David Thorns
Traduction assistée par Isabelle Merle
Mise en ligne le 12 janvier, 2020